Accueil > Critiques > 2024

Bat For Lashes - The Dream of Delphi

vendredi 14 juin 2024, par marc


On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est une performeuse de premier plan, ça aide forcément.

Et le talent est toujours là, comme sa voix qui peut se faire céleste sur la plage titulaire. Qui constitue un des moments les plus intenses de cet album d’ailleurs. Parfois évidemment, ce court album est un défi à l’attention. Les morceaux instrumentaux sont impeccables, certes, sa voix peut même se contenter de vocalises (Her First Morning), on en vient tout de même à regretter le manque de punch. Mais ce n’est pas le but recherché ici, malgré un rien d’électronique par-ci ou un coup de saxophone par-là.

Tant pis pour les émotions plus fortes qu’elle a déjà pu nous apporter, ce sera pour une prochaine fois, on en est certains. La maternité a changé des perspectives aussi, visiblement. Et la conséquence est une douceur qui lui va fort bien. Sa façon de susurrer You’re a gift/you’re from me/but you’re not mine, rappelle la regrettée Anita Lane sur Christmas Day.

A l’heure de publier, il est presque certain qu’on n’a pas fait le tour du sixième album de Bat For Lashes. Si on y retournera volontiers, on sait qu’on n’en tirera pas les émotions plus fortes et variées de ses 5 prédécesseurs. Il n’en reste pas moins que le talent de Natasha Kahn sait modeler ses albums au gré de ses envies et le résultat d’une douceur remarquable est bien celui qui était recherché.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi 14 juin 19:33, par Laurent

    Je ressasserai toujours à l’envi combien, dans l’art de pondre un album, l’évanescence peut être l’ennemie de la consistance. Oui, le 6e Bat For Lashes représente un travail de qualité ; mais aussi, une étape potentiellement plus anecdotique dans un parcours au demeurant brillantissime. La plage titulaire est sublime, et j’aime aussi beaucoup Home et At Your Feet. Mais globalement, je sens bien que les moments marquants mettent aussi en relief le côté plus "soluble dans l’air" qui domine l’atmosphère de cet album. J’apprécie d’autant plus ton optimisme lorsque tu rappelles que Natasha ne sort jamais deux fois le même disque et qu’il y a sûrement encore beaucoup à attendre de la suite. Du coup, j’y crois aussi.

    repondre message

    • Bat For Lashes - The Dream of Delphi 18 juin 21:44, par marc

      En tombant par hasard sur quelques autres morceaux récemment, le doute n’est pas permis, les tout grands Bat For Lashes sont d’un tout autre tonneau. Le plus grand risque, c’est qu’on oublie cet album-ci au moment de découvrir le suivant. En fait non, ce n’est pas grave, le septième ne sera pas comme le sixième c’est la seule quasi-certitude qu’on ait.

      repondre message

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)