Accueil > Critiques > 2024

The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

mercredi 3 juillet 2024, par marc


Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.

On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial Ground. Et puis leur amour des histoires et des références geek littéraires. Ils ajoutent même un petit côté Calexico vraiment plaisant pour Oh No !

Leurs tendances progressives ont pu aussi bien conférer à The Crane Wife un statut de classique ou s’embourber dans le pompier de The Hasards of Love. Ici, le morceau final Joan In The Garden fait plus de 19 minutes et commence comme un morceau habituel dans le cadre de cet album. Et puis forcément, ça part dans les bois, avec une vraie intensité qui pourra ravir les patients. Ça retombe forcément en mode presque bruitiste avant une résurgence inévitable, parce qu’on n’a que le bien qu’on se donne. Ce n’est pas complaisant, c’est d’une puissance indéniable et clôture en beauté cet album.

Le reste constitue une belle collection de balades hantées comme il faut, denses et digestes à la fois (Don’t Go To The Woods). Avec la présence de la mort, souvent figurée (The Reaper), parfois fantomatique (Long White Veil), parfois plus incarnée (The Black Maria). Des histoires invraisemblables mais servies avec un cœur gros comme ça. Ce sont un peu les Gabriel Garcia Marquez du folk. Mais ce n’est pas le seul sujet, il y a toujours de la critique ironique (America Made Me)

Ce neuvième album suinte l’envie, le voyage, l’aventure et qui d’une forme toujours resserrée. Evoluer reste compliqué mais il reste de la place dans nos oreilles pour The Decemberists. Ils se situent tellement hors du temps que leur style résiste à tout.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)