Accueil > Musique > 2004 > The Killers : Hot Fuss

The Killers : Hot Fuss

mercredi 23 août 2006, par Fred


Voilà un groupe qui arrive à s’imposer dés le premier morceau. C’est un compliment qu’il ne nous est pas donné de faire tous les jours, surtout à un groupe américain (Las Vegas).

En effet, l’album de The Killers s’ouvre sur Jenny was a friend of mine, morceau qui résume parfaitement l’esprit de l’album tout en restant suffisamment accrocheur pour être un parfait single : une basse simple mais efficace, des guitares pour grossir le son, synthés pour faire joli, un batterie suffisamment intelligente pour ne pas devoir passer au dessus du reste et au dessus de tout cela, un voix charismatique.

Est ce les restes de leur performance au Pukkelpop, mais je ne peux m’empêcher de rapprocher le chanteur de ce bon vieux Morrissey.

Le reste de l’album se poursuit sur les mêmes notes nous fournissant une pop/rock agréable (Jenny... , Mr Brightside, On top) et des morceaux aux intonations plus sombres (Smile like you mean it, Andy you’re a star). Note spéciale pour Indie Rock and Roll, morceau quasi caricatural (désolé, je ne trouve pas le moyen de vous en dire plus, écoutez par vous même).

Un bon album donc d’un groupe auquel il ne reste plus qu’à se distinguer du lot pour devenir vraiment indispensable. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

1 Message

  • The Killers : Hot Fuss 28 octobre 2010 15:44

    QUELLE MERVEILLEUSE IDEE D’ AVOIR SORTIT UN TEL PREMIER ALBUM. GENIAL, EFFICACE, PERCUTTANT...

    J’ ATTENDS AVEC UNE ENORME IMPATIENCE LE 4 ALBUM DES TUEURS DE LAS VEGAS. QUELQUE CHOSE ME DIT QUE JE VAIS ATTENDRE ENCORE QUELQUE TEMPS.

    repondre message

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)