Accueil > Musique > 2003 > Linkin Park : Meteora

Linkin Park : Meteora

mercredi 23 août 2006, par Fred


Eclectiques nous ? Oui, on peut le dire mais je pense que curieux serait également le mot. Curiosité qui m’a poussé à écouter ce CD d’un des représentants de ce qu’il est convenu d’appeler le nu-metal, genre adoré par les ados, fusion de tout et n’importe quoi, défilé de grandes gueules au déclarations provocantes…

Au côté des Korn et des Limp Biskit, les Linkin Park font figures d’enfants de cœur et semblent à priori d’avoir une approche assez saine de la musique.
De plus le line-up du groupe à de quoi interpeller : 1 guitariste, 1 bassiste, 1 batteur, 1 chanteur (jusque là rien d’exceptionnel pour un groupe de rock), 1 rappeur et 1 DJ. On sent se profiler le retour de la fusion Rock-hip-hop de la belle époque Rage against the Machine, mâtiné de loops et de scratches.

Bref voici donc l’état des lieux de mon a priori avant toute écoute. Maintenant, le verdict.
Bon, à ‘écoute on notera pas mal de bonnes idées et un sens des mélodies plus développé que chez leur collègues mais surtout c’est la voix du chanteur qui fait a différence. Elle rappelle souvent celle de Chris Cornell à l’époque Soundgarden, en pouvant tantôt chanteur un couplet mélancolique, tantôt beugler un refrain rageur.

La rythmique et les raps sont pas mal. Mais bon, venons en à ce qui fâche : le gros défaut de ce CD, c’est le mal de tête qu’il m’a donné qu bout de la première écoute. La cause : l’emploi abusif de guitares hurlantes et le beuglement qui gâchent plusieurs chansons.
Ceci ne les empêche pas de nous asséner 3 tubes quasi imparables : Faint, Easier to run, Numb.

En résumé, le potentiel est là mais la maturité et la retenue manquent. On sent que, si pas eux, leur (jeune) public veut des décibels, du bruit, du direct. Quant à moi, je les préfère sur les quelques titres où ils baissent le ton. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)