Accueil > Musique > 2006 > Bright Eyes : Motion Sickness (live)

Bright Eyes : Motion Sickness (live)

vendredi 25 août 2006, par Marc


Si l’oeuvre de Bright eyes ne m’était pas inconnue, je dois bien avouer que seul Digital ash in a digital urn (qui est un peu un OVNI dans la discographie) est passé à la moulinette d’une analyse. Je constate maintenant l’erreur de cette vue courte puisque c’est l’autre (I’m wide awake, it’s morning) qui était acclamé. Cet album constituant le plus gros de l’origine des morceaux du live dont il est question, le ratrappage est en vue. Amateur de folk depuis toujours, j’étais donc une victime toute désignée pour Bright eyes. Bob Dylan n’avait parait-il qu’à bien se tenir.

C’est en effet au talent du Zim que ramène souvent Bright eyes comme sur When the president talks to god. Bien sûr, il n’y a pas les métaphore hallucinées et à moitié compréhensibles. Mais il y a de l’authentique protest-song là-dedans, de la rage au sujet (le traitement est vraiment délectable) et à la guitare acoustique qui se débrouille toute seule tout y est. A ce propos, je ne peux que vous recommander l’absolument indispensable documentaire Feels like going home. Martin Scorsese qui se penche sur Bob Dylan, c’est trop précieux pour être boudé.

Le Talent de Connor Oberst, ci-devant auteur-compositeur-interprète, se marque autant dans ses textes inspirés que dans sa musique. En effet, celle-ci vire du folk le plus authentique (At the bottom of everything) à la balade slowesque (We are nowhere and it’s now, Scale) avec une déconcertante facilité. Du dénuement le plus total (The biggest lie) au presque kitsch de Old soul song, le bon goût est toujours de rigueur, par la grâce d’une orchestration pouvant être déglinguée quand les circonstances l’exigent. Même les intonations country (Make war) ne lui font pas peur. Pas plus que les ambiances vraiment intimistes, tout juste relevées d’un orgue ou d’une trompette discrète.

Mais le morceau de bravoure est Road to Joy, où un souffle est clairement perceptible, mêlant ampleur des orchestrations et rage de faire passer un texte ravageur. J’aime aussi la rage rentrée de Method acting. Le folk-rock, encore un héritage de Dylan. Reste que la voix de Connor Oberst , qui participe à la singularité de Bright eyes (et apporte une distance par rapport aux styles abordés) semble plus rêche, plus râpeuse et plus proche de ses textes toujours très inspirés.

En guise de récréation, on a même droit à une reprise du Mushaboom de Feist qui montre ici tout son potentiel comme le révèle parfois une reprise.

Cette captation live est donc une fort bonne et variée introduction au talent immense de Bright eyes, joyau folk de cette époque qui regarde son héritage sans complexe. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.
    Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que (...)