Accueil > Musique > 2006 > Blackmail : Aerial View

Blackmail : Aerial View

vendredi 25 août 2006, par Marc


Aborder un groupe allemand qui m’est inconnu peut révéler de bonnes surprises. The Robocop Kraus par exemple m’avait plu.
Muse et Placebo, les duettistes d’il y a quelques années, on les avait déjà décelés chez Kill the Young et les revoilà comme influences de Blackmail car les incursions de sons plus ’technologiques" sont très bien intégrées (Meddlesome), mais l’intensité manque et les claviers ressemblent vraiment trop à ceux de la bande à Bellamy. D’autres références seraient à touver chez Nirvana (les petits riffs de Couldn’t care less), voire chez lesSmashing Pumpkins. Avec parfois des cuivres qui viennent égayer le tout comme sur la fin de ce même Couldn’t care less.

C’est vrai que l’énergie est bien présente, mais on cherche en vain la moindre originalité pour que quelque chose puisse nous faire revenir sur cet album. Il faut attendre la seconde partie de l’album pour trouver matière à satisfaction

De la fort belle ouvrage. Everyone safe par exemple est pas mal. Il faut une mélodie au-dessus de la moyenne et c’est le cas. Quand on aborde le morceau pied au plancher et qu’on y reste (Me and the shadow), j’accroche plus volontiers. Il faut au moins un morceau de ce calibre pour avoir des raisons de revenir sur un album. La fin de Never Forever est ainsi plus fouillée, et sauve un morceau par ailleurs fort mièvre.

Peut-être veulent-ils se faire discrets sur leurs influences hard ? En effet, les clichés inhérents à ce genre sont souvent présents mais atténués et avec des sons mis à jour. Citons en exemple le roulement de batterie de Away with the fairies (assez imbuvable d’ailleurs), le solo de guitare de Me and my shadow (voire celui, assez rigolo par sa pauvreté, de Everyone safe) ou encore le riff de Soulblind.

Pourquoi le rock parfois volontiers cornichon (The Subways, Arctic monkeys) me plait-il quand celui qui est ’mieux fait’ ne m’arrache que des bâillements ? Peut-être que la production a trop lissé les griffes de ces rockers.

Quelque part (où ça ?), je m’en veux de dénoncer un album sans défaut rédhibitoire mais la certitude de ne plus jamais l’écouter en entier le tenaille. Et si ce n’était juste pas mon truc ? C’est sans doute ça. Il faut tout le talent du Placebo ou des Smashing Pumpkins pour transcender un genre aussi balisé que le power-rock à guitares. Toutefois, si vous êtes amateur du genre, pas de raison de ne pas trouver chez les teutons de quoi vous convenir. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)