Accueil > Musique > 2006 > Film School : Film School

Film School : Film School

vendredi 25 août 2006, par Marc


Si la prestation live de Film school au Botanique de Bruxelles au mois de novembre dernier s’est quelque peu estompée dans mon souvenir, c’est moins par la faute de la prestation des Américains que de celle, estomaquante, de The National dont ils assuraient la première partie.

Le chant, la mélodie comme l’intonation du premier morceau On & on font naïf, un peu amateur, contrastant avec le son travaillé du mur de guitare. C’est cette réserve, ajoutée à une certaine uniformité, qui empêche de complètement se livrer à cet album. Mais comme il s’agit d’un premier, tous les espoirs sont encore promis.

La marque de fabrique de ces chansons est cette propension à s’animer à mi-parcours, par une accélération maintenue jusqu’au bout. Un mur de guitares se dresse alors fièrement. C’est une caractéristique récurrente, l’intérêt et l’intensité grandissent au long du morceau. Pas une musique pour impatients et autres nerveux donc. Pas pour mélancoliques chroniques non plus, l’écoute en boucle pouvant agir comme un calmant puissant. Ce procédé marche surtout sur 11:11. Les guitares se font plus acérées et le morceau décolle dès le début, accélère, se calme, est habité de plus de vie. La fin est elle aussi une réussite, plus nerveuse mais toujours maîtrisée. Un genre d’Engineers après une cure de magnésium. Seul Garrisson se présente comme un intermède de bidouillage de bande. Dans le plus pur style My Bloody Valentine de Loveless.

Ce mélange de mélancolie sur un mur de guitares a quelques précédents brillants : Le Wish de Cure et le Time for the rest of your life de Strangelove, ce qui nous ramène quand même respectivement quatorze et douze ans en arrière. Mais ça permet de trancher un peu sur la vague actuelle de revival, Editors (ressemblant surPitfails) et Interpol en tête. Le son en effet est moins daté ’vintage eighties’ et est plus typique des shoegazers à la Ride. Une musique de brouillard (cette critique est écrite lors d’un dimanche après-midi humide, solitaire et froid), d’où surgissent ça et là des taches de couleur. De la mélancolie soutenue par des nuages de guitare ? On l’a déjà fait mais Film school le refait très bien (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)