Accueil > Critiques > 2006

The Chalets : Check In

vendredi 25 août 2006, par marc


On n’est pas toujours d’attaque pour un album prenant, pour se faire retourner de l’intérieur. La plupart du temps, on veut de la musique pour égayer l’ambiance, pour dissiper la noirceur ambiante. La musique plus pop vient alors à notre rescousse. Il faut qu’elle soit distrayante mais pas fade, enjouée mais pas niaise. Le cahier des charges est finalement plus ardu qu’il n’y paraît et c’est un genre qui compte finalement peu de véritables réussites.

Ce préambule plutôt long posé, il est temps d’aborder frontalement le cas de The Chalets. Il faut donc trouver le bon moment pour écouter The Chalets. En effet, c’est seulement après plusieurs tentatives que j’ai trouvé plaisant ce Check in. Ce qui pourrait paraître paradoxal au vu de la musique joyeuse concoctée par ce groupe mixte. Donc, un conseil d’utilisation est de respecter quand même une posologie mesurée, les titres ont tendance à se ressembler quand on avale les 14 d’un coup.

La concordance des voix féminines et masculines permet pas mal de combinaisons. On notera, ça et là, des tentatives d’originalité. On se croit alors franchement dans une version actualisée des antiques B52’s (Love punch). Quelques titres me sont restés plus facilement en mémoire (No style, Nightrocker qui est plus brut de décoffrage). Cette pop aux guitares ni clinquantes ni vrombissantes, aux tempos enjoués mais pas frénétiques évoquera les Papas Fritas (talking ’bout my generation) à ceux qui ont connu ça. A mille lieues de la folie douce de Architecture in Helsinki, voici une autre petite récréation. Pas renversante sans doute, mais suffisamment fraîche pour vous apporter, par petites touches, un sourire bienvenu. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love

    The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des (...)