Accueil > Critiques > 2006

Jana Hunter : Blank Unstaring Heirs Of Doom

vendredi 25 août 2006, par marc


Du folk minimaliste (très minimaliste dans le cas de The new sane scramble ou Untitled), de la présence - même si ici le procédé n’est pas systématique - d’effets, le copinage de la nouvelle référence du baba-folk Devenda Banhart. Ca ne vous rappelle rien ? Cocorosie bien sûr. Mais contrairement à l’oeuvre des deux soeurs, la musique de Jana Hunter emporte mon adhésion. Même dans les canons où les plusieurs voix s’accordent tant bien que mal (The earth has no skin, qui me semble un peu gratuit) ou fort bien (Laughing and crying), emportant l’adhésion ou l’irritation suivant l’humeur de l’auditeur.

Les effets sur la voix sont simplement là pour ajouter de la distance (The angle). L’effet ici n’est pas de rendre l’ensemble joli mais d’inscrire certaines mélodies comme appartenant à une tradition fort ancienne, comme gravé dans l’inconscient collectif. Les compositions sont relevées tantôt d’un violon (Farm, CA) ou d’un petit synthé (sisi) et une rythmique digne d’un vieil orgue-jouet Bontempi de la belle époque pour K Un morceau plus originel, plus en langueur qu’en désolation. Dans les eaux de Feist ou Kelly de Martino par exemple.

Mais c’est quand le dépouillement est le plus extrême et la voix moins trafiquée que je suis touché (Have you got my money, Heartseeker’s safety Den, Christmas). Cependant, six minutes de minimalisme c’est parfois trop (Angels all cry the same). On a en tous cas un pendant féminin aux élégies sèches de Will Oldham (Palace et ses avatars Palace music, Palace Brothers ou Palace songs). C’est à ce propos plus rêche que Marissa Nadler écoutée récemment.

La musique peut ressembler parfois à une plaine désolée, à une cabane abandonnée que peuple des fantômes. Si la nudité ne vous fait pas peur, vous pourrez espérer pénétrer l’univers singulier et profondément humain de Jana Hunter. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)