Accueil > Musique > 2006 > Mogwai : Mr Beast

Mogwai : Mr Beast

vendredi 25 août 2006, par Marc


Je ne suis pas exactement un connaisseur dans ce courant qu’on appelle post-rock. Juste certains albums de Tortoise il y a quelques années, puis Explosions in the sky suivant les conseils de quelqu’un d’inspiré. En effet, The moon is down est un morceau qui m’accompagne quasi quotidiennement. Pour revenir au cas Mogwai qui nous occupe, je n’en connaissais qu’une Peel Sessions (les légendaires concerts de la BBC). Tout ceci pour ne pas frustrer les connaisseurs et par avance me dédouaner de la naïveté de mon approche.

Ne pas se laisser impressionner par la première écoute. C’est une règle. Sauf que dans ce cas-ci, les deux premiers morceaux ne sont pas encore finis qu’on se dit qu’on va les réécouter tout de suite. C’est comme ça, viscéral, pulsionnel. La musique post-rock, instrumentale souvent et introspective, n’a pas le choix. C’est énerver (Guapo souvent), s’installer comme de l’insipide musique de fond ou enthousiasmer. En effet, quand il n’y a pas de voix et qu’on sort de la construction classique couplet-refrain-pont ad lib, il faut d’autres armes pour capter l’attention. Les montées subites ou progressives, les ruptures, c’est parmi ces ingrédients que la réussite est à chercher. Certes, tout n’est pas instrumental comme Travel is dangerous ou Acid food et leur chant sous-mixé.

La montée du piano dans le Auto rock d’ouverture est certes un rien prévisible, mais on se laisse emporter de bonne grâce tant l’efficacité est présente. On se rêve à réaliser des films ayant pour base cette musique-là. De même, Glasgow mega-snake est redoutable dès les premières mesures. Un type de noisy-rock maîtrisé. Du pompeux pas pesant mais prenant. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à faire vrombir leurs guitares de temps à autres (sur le brouillardeux Travel is dangerous ou Folk death 95).

Les morceaux plus recueillis (Team handed) doivent être considérés comme des pauses, la cohérence et la variété des ambiances constituant un des atouts de cette musique. Un peu comme une musique de film affranchie des contraintes d’un scénario. Les morceaux se mettent en évidence les uns les autres. C’est ce parfait agencement qui a valu à Mogwai d’être un des groupes les plus influents de ces dernières années. On ne compte plus en effet les groupes s’en revendiquant.

Mais les morceaux tiennent tout seuls comme Friend of the night qui comporte son propre rythme intérieur, ses propres cassures, ses propres moments forts. Un microcosme de ce genre de musique en 5’30". De même, les montées de Emergency trap sont vraiment convaincantes. Ils prennent congé de nous par l’apaisé I choose Horses. Le voyage est fini.

Ma tâche agréable maintenant va être de remonter la discographie de ces Ecossais.

On décrit difficilement cette musique sauf à évoquer des paysages ou des sensations. Ma veine lyrique n’étant pas développée, je vais me contenter de vous recommander cet album pour la remarquable qualité et cohérence de l’ensemble. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)