Accueil > Critiques > 2006

The Spinto Band : Nice And Nicely Done

samedi 26 août 2006, par marc


Recyclez-vous les uns les autres. Tel est la devise du rock ces derniers temps. Si les influences en général de ce qui nous tombe dans les oreilles actuellement se situe à la charnière des années ’70 et ’80, certains accréditent la thèse de Fukayama sur l’accélération de l’histoire en prenant les influences à travers le filtre d’autres groupes actuels. Ainsi, The Spinto Band pourrait apparaître comme une synthèse pop des courants indé du moment. Une des voix est un peu déglinguée, comme celle de pas mal de nos albums préférés de 2005, la basse ronflante appuie parfois des riffs catchy comme chez Franz Ferdinand (Crack the Whip), voire certains The Strokes (Late) et un son suffisament pas propre pour ne jamais sonner ’variété’.

Le premier morceau met tout de suite au parfum (Did I Tell You), et l’emprise ne lâche que rarement, malgré la forte sensation de déjà entendu (sans qu’on puisse déterminer à coup sûr où, ce qui est un bon signe).
Mais la pièce de résistance reste Oh Mandy qui est une toute belle réussite. Imaginez une version pop vaguement mélancolique de Clap Your hands Say Yeah, une mélodie imparable, un mélange de joie et de tristouille, d’accrocheur et d’intime, de plaintif et de revigorant, qui donne envie à la fois de se lancer contre les murs (promis, ’le ferai plus...) et de se ramasser en vrac. Si vous n’êtes pas allergiques au joli, ceci ne pourra que vous plaire et constituera un des morceaux de l’année. De ceux qu’une série d’écoutes ne parvient pas à faire oublier ou lasser.

Frais d’un bout à l’autre, cet album ne tutoie cependant qu’une seule fois les sommets. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)