Accueil > Critiques > 2006

Anaïs : The Cheap Show

samedi 26 août 2006, par marc


Quand on m’a annoncé une chanteuse rigolote, je me suis méfié. D’autant plus quand les premières paroles m’ont paru mièvres avec un accent québécois à couper à la tronçonneuse. Les faux sourires entendus pour Linda Lemay ne sont vraiment pas ma tasse de thé. Alors on écoute plus par politesse que par curiosité. Et on a raison. Puisqu’en fait, on s’est fait berner, elle est marseillaise. Alors, on pousse un soupir de soulagement et on rit pour la première fois. On rira encore bien souvent. C’était lors d’une des fameuses Black sessions de Bernard Lenoir sur France Inter (si vous voulez savoir ce qui s’écoute ou va s’écouter, c’est une source fiable et absolument indispensable, où se sont bousculés tout ceux qu’on a appréciés ici). Il fallait dès lors se procurer le premier album, intitulé The cheap show. Qui est à peu près identique puisqu’il s’agit d’une captation toute seule face à un public. Public qui d’ailleurs, s’il est un peu médusé aussi au début, se rallie à sa cause bien vite.

Pourquoi ? Parce qu’au delà de la gaudriole et d’un humour vraiment ravageur et naturel, il y a un véritable talent d’interprétation. La voix assure sans aucun problème, supporte tous les styles employés. Et ce qui fait le petit plus et lui permet de se produire seule, c’est l’astuce technique du jam-man, lui permettant de s’enregistrer en direct, du superposer les couches de musique et de voix et s’amuser par-dessus. Ce qui lui permet de faire un saisissant collectif de rap toute seule ou un orchestre celtique (sisi...).

Des chansons comme Mon Coeur, Mon Amour, Le rap collectif, B-B Baise-moi ou Christina devraient l’aider à asseoir la réputation de cette Anaïs. Si certaines n’ont pas une originalité renversante, le procédé qui remplit bien toutes ces compositions marche à tous les coups.
Bon, je ne vais pas vous détailler par le menu tout ce qui s’y trouve, vous aurez le plaisir de le découvrir vous-mêmes.

Les femmes qui se lancent dans la chanson sont souvent des personnalités. On avait découvert Jeanne Cherhal l’an passé et Anaïs est notre nouvelle copine.

La gaudriole ne suffit pas toujours. Ca suffit même rarement pour faire de bons morceaux (il faudra le dire à Jean-Luc Fonck). Donc, il y a ce petit plus qui plait déjà tant. Car, partie d’un enregistrement plutôt bon marché, elle s’apprête à remplir l’Olympia.

Voilà, un bon moment en perspective pour vous. De rien, c’est cadeau, c’est bonheur... (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)