Accueil > Critiques > 2006

I Love You But I’ve chosen Darkness : Fear Is On our Side

lundi 28 août 2006, par marc


C’est le dernier qui a parlé qui a raison. Si cette maxime m’a plus d’un fois plongé dans des abîmes de perplexité, il faut bien admettre qu’elle s’applique à la critique qui nous occupe. Mais foin de digressions, je m’explique. Si l’année 2005 a vu une déferlante de groupes plus ou moins cold-new-wave, l’année en cours en a vu nettement moins. Plus que les critiques de l’époque, ce sont les écoutes répétées qui ont défini la hiérarchie. Par exemple, l’album des Editors a bien mieux résisté aux outrages du temps que celui des The Departure. Pourquoi évoquer ces deux groupes ? Tout d’abord parce que les références de base pourraient être les mêmes. Ensuite parce qu’une bonne partie des clichés revivalistes des derniers nommés est ici évitée, ce qui laisse à croire que le mouvement à la base régressif trouve une certaine maturité.

Dés le départ, le ton est donné. On n’est pas là pour la gaudriole. La maîtrise est là, sans aucun doute, surtout si on pense qu’il s’agit d’un premier album pour ces Texans. Cette origine peut paraitre incongrue si on pense à certains clichés bouseux mais moins si on songé à Explosions in the Sky par exemple. Le son est plutôt actuel, même s’il est froid et référencé. Les influences sont larges, du brassage post-new-wave à la relecture noisy (le mur de guitare lancinant de The Ghost rappelle le récent album de Film school).

L’album est équilibré entre intensité et légèreté. On parlera ici de recyclage et de remise à jour plutôt que de régression. Ici, pas de référence directe à Joy Division, un des groupes les plus galvaudés (pensez à retourner aux originaux, un déchaînement de fureur) ces derniers temps. On peut rapprocher parfois l’intention de l’album le plus rêveur de U2 qu’est le toujours recommandable The Unforgettable Fire. Avec cette barrière assez difficile à franchir pour ce genre de musiques qui nécessite passer la froideur du son pour trouver une vibration.

Cette vibration qui peut venir d’où on ne l’attend pas, comme sur The Owl qui est un instrumental évoquant cet incunable Curesque qu’est Carnage Visors. On peut aussi se rappeler les intermèdes des albums Low et Heroes de David Bowie période dite ’Berlinoise’. Bizarrement, les deux instrumentaux sont enchaînes et Today sert de rampe de lancement à un We chose faces plein de roublardise mais auquel j’ai cèdé (meilleur titre haut la main). Car on voit venir certaines montées à des kilomètres, les procédés employés pour rendre un titre comme We chose faces sont assez hénaurmes (les guitares floues lancinantes, les paroles répétitives, le rythme hypnotique de la batterie claire), mais néanmoins, on se laisse gagner par ce mélange. Il n’y a pas de honte à s’abandonner à des ficelles qui s’apparentent à des câbles (je pense à l’ultra-téléphoné Dragster Wave de Ghinzu, voire ce monument de bluff qu’est le With or Without you de U2) si l’efficacité est là

Mais le reste de l’album est plus éthéré (Lights puis la seconde partie en général), ce qui empêche de complètement convaincre sur la longueur.

Pour ce qui est des obligatoires références, en plus de celles citées ci-dessus, on notera la très Cure l’intro de At last is All (morceau léger et presque anodin comme Long walk), la vraie fêlure sur la voix parfois sur Last Ride Together, la copie carbone de Strangelove (il faudra en parler vraiment un jour, à force de le citer) sur If It Was Me, surtout pour ce qui est du dédoublement de la voix.

Je m’en voudrais aussi de passer la pochette sous silence, sorte de croisement des logos de Simple Minds et Love and The Rockets. Au passage, le nom du groupe intrigue autant qu’il ne m’amuse.

Comment se mesure l’intensité d’une musique ? Aucun instrument ne nous aidera jamais. Il faut se fier à ses sensations, à ce qui reste en tête. Mais l’attention et le degré d’abandon jouent également leur rôle. Si vous êtes prêts à baisser la garde et à vous laisser submerger (ce devrait être le cas en concert), vous allez vivre quelques moments d’émotion. Dans le cas contraire, il reste une musique bien balancée, plutôt légère et pas énervante même si plutôt austère. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)