Accueil > Critiques > 2006

Metric : Live It Out

lundi 28 août 2006, par Fred


On vous avait déjà parlé de Metric. Les revoici donc de retour avec ce Live it out précédé par le single Monster Hospital, en haute rotation sur Pure FM. Première remarque sur cet album, le tout bon single entendu à la radio n’y figure pas, tout du moins pas comme tel. En effet, surprise, c’est un remix qui a accroché mon oreille à la radio...

Le précédent album présentait Metric à une croisée des chemins entre la pop-electro et la pop-rock. Et nous aurions préféré les voir prendre le premier chemin,.. L’album est donc dominé par les guitares bien que présentant quelques insertion de piano. Tout n’est pas excellent, loin s’en faut mais on trouve cependant 3 perles : Too Little too late, avec un intro qui pourtant dure des plombes, fait penser par ses accompagnements à du Blur. Poster of a Girl, tout ce qu’il y a de plus efficace, plait par son côté doucement électro et ses paroles en français.

Transformé en morceau electro par les soins d’un certain MSTRKRFT, Monster hospital, n’en reste pas moins une très bonne tranche de Power rock (I fought the war/ I fought the war but the war won’t stop for the love of god. /I fought the war but the war won).

Un album qui fait fortement penser à ce que Garbage ferait s’il n’était pas devenus mainstream et utilisaient plus de guitares que d’effets.
Le reste de l’album est un peu trop scolaire pour être bouleversant ou original. Ou parfois les morceaux sont tout simplement un peu trop foutoir pour être des tubes évidents. Mais difficile en fait d’en dire du mal.

A écouter si vous aimiez Garbage à leur début ou tout simplement la pop-rock matiné d’un brin d’electro avec une chanteuse aux commandes. De toute façon, c’est vous qui voyez. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Islands - And That’s Why Dolphins Lost Their Legs

    Peu de groupes ont pu garder une image de sympathie aussi tenace au fil des années. Avec ce neuvième album pour autant de critiques ici, pas de doute, on est en terrain connu. La continuité est aussi assurée par ce line-up inchangé depuis le dernier album et le même Patrick Ford qui assure la production tout comme celle de !!!.
    Ce titre d’album fait une entrée immédiate dans les plus improbables. (...)