Accueil > Critiques > 2006

Essex Green : Cannibal Sea

lundi 28 août 2006, par marc


Voici ma revendication : « Remboursez Essex Green par la sécurité sociale ». A force de les citer avec parcimonie dans des critiques, je suis content d’avoir un album d’eux tout neuf à critiquer. Car ce groupe souffre d’un relatif manque de diffusion dans nos contrées et, vu le talent et la facilité d’accès, c’est fort dommage. Car ne pas sombrer dans le nunuche pour le style pratiqué est déjà une performance en soi. Ne vous attendez pas à être bouleversés, à sortir lessivés par l’intensité (comme après un Explosions in the Sky ou un concert d’Arcade Fire, Sophia ou The National) mais à avoir un sourire persistant. D’où la revendication qui sert d’intrigante note préliminaire.

Dans la famille des admirateurs des années ’60, je présente un des meilleurs élèves. Plus facile qu’un Belle and Sebastian par la moindre préciosité et les voix moins plaintives. Ce qui frappe d’emblée, c’est la déconcertante facilité mélodique qui séduit dès les premières secondes des morceaux (Rue de Lis est joli tout plein) ou attendent un refrain imparable (Don’t Know Why You Stay).

Deux guitares et une basse suffisent donc pour asseoir un morceau (Rabbit rehaussé de violon) qui repose sur une fort belle mélodie. L’intrusion des choeurs me ramène chez Leonard Cohen. Rien que ça, mais en moins élégiaque et plus léger. La veine purement acoustique est souvent privilégiée (Sin City ou le tout gentil Slope Song de clôture) mais plus de flûte occasionnelle comme c’était le cas avant. De plus on ose même parfois une intrusion d’un peu d’électricité guitaristique (Cardinal Points).

Quelles réserves trouver pour avoir l’excuse de l’objectivité ? Disons simplement que cette musique est la plus pure illustration d’une pop légère sixties. Donc seules les personnes hermétiques à ce style trouveront à redire. Ainsi que celles qui trouveront certains titres un rien anodins. En effet, ils ne produisent jamais de morceaux bâclés ou insauvables, mais comme sur les albums précédents, certains titres s’imposent nettement.
Parce que parfois, vous aussi vous aurez envie d’une musique pour accompagner les beaux jours qui reviennent en même temps que les classiques cyclistes, voici un album d’un groupe franchement sous-estimé. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)