Accueil > Musique > 2006 > Final Fantasy : He Poos Clouds

Final Fantasy : He Poos Clouds

lundi 28 août 2006, par Marc


Parce que ça ressemblait dans l’économie de moyens à ce qu’on avait vu d’Owen Palett tout seul sur scène un jour de mai 2005 en première partie d’Arcade Fire (dont il est l’arrangeur et le violoniste, si ça c’est pas de la référence en acier trempé...), on a cru que le premier album de Final Fantasy (Has a Good Home, enregistré en quelques jours par son groupe à lui tout seul) représentait ce qu’il était et voulait.

Puis on écoute celui-ci et on se dit que non, ce n’était finalement qu’un galop d’essai. Car ce qui frappe d’emblée, c’est la densité et la complexité de ce deuxième album. Si le premier album montrait d’encourageantes dispositions, seul l’inusable (pas à force d’avoir essayé pourtant) Song of Win And Regine est repassé par les oreilles. Celui-ci par contre devrait repasser dans son intégralité.

Piano, violon, batterie et voix. Nooon, ne partez pas. On n’est pas dans la musique de chambre, c’est bien trop accrocheur pour ça. Et puis c’est chanté et l’énergie dégagée est importante si on exclut le plus reposé dernier morceau.

Les mélodies sont parfois aussi touffues que sur le premier album, mais la plage titulaire par exemple est d’un tout autre calibre. Les ruptures sont franches, tout est emporté sur le passage, la voix se fait tour à tour caressante et glavanisante.

Finalement, peu de choses dans la musique contemporaine ressemblent à ça (à ma connaissance du moins). Peut-être une madeleine de Proust à la Lovers des Lengendary Pink Dots. Mais ici c’est plus acoustique, et les résidus d’électronique années ’80 sont absents.

Certains morceaux réclament une certaine habitude de la musique hors des sentiers battus (Song Song Song et ses percussions) même si la mélodie ne part jamais en déliquescence. Et puis les riffs (ça se dit ?) de violons sont assez accessibles donc on n’en ressort pas éprouvés. Il y a en fait plusieurs morceaux dans ce titre à tiroirs.

L’apaisement peut venir d’un piano impeccable. C’est le parfait This Lamb Sells Condos. La musique est facile et c’est trop intense (et rapide, dans ce cas) pour être vraiment gentil. C’est ce qui sauve Final Fantasy du joli (c’est souvent trop complexe) ou du sirupeux dans lequel se vautre parfois Divine Comedy. Même les choeurs de la fin n’arrivent pas à ternir l’ensemble. On se doute que c’est Arcade fire qui crie sur le fond de Many Lives->49 Mp. L’intrusion de ces voix barbares en fond ne détonne pas dans cette musique à la lisière du classique, voire de la musique de film (If I were a carp). Et je n’arrive même pas à trouver ça prétentieux ou aride.

Au long de tout cet album sur lequel plane l’ombre tutélaire de Scott Walker, Owen Palett laisse éclater au grand jour son talent de compositeur et d’interprète. Décidément, Montréal n’a pas fini de nous abreuver de perles. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)