Accueil > Critiques > 2006

The Black Heart Procession : The Spell

lundi 28 août 2006, par marc


Un groupe culte est connu par relativement peu de gens mais est fort apprécié par son audience. Loin d’être confidentiel, The Black Heart Procession sort son cinquième album sans ramdam médiatique mais les connaisseurs sont sur le coup. Après trois albums numérotés logiquement de 1 à 3 et une incursion vers les rythmiques tropicales plutôt réussie, ils reviennent à leurs premières amours et ajoutent ça et là une touche d’électricité qui leur sied ma foi pas mal.

Une des singularités jamais démenties de The Black Heart Procession, c’est un sens mélodique hors du commun qui transcende un morceau comme The Letter. Sans être exagérément léger, le style pratiqué est une sorte de mélancolie réjouissante. Si cet oxymoron vous rebute, sachez qu’il en est ainsi de la plupart des groupes intéressants traités en ces colonnes.

Loin de tomber dans le gloubiboulga sonore, les instruments supplémentaires comme le violon restent discrets et, par là, plus efficaces. Efficacité est un mot d’ailleurs qui convient bien puisque tout ici l’est. Tout fonctionne. Ils se permettent même des riffs électriques (GPS) en maintenant leur niveau d’exigence.

Les points de comparaison ne sont pas légion. Bornons-nous à dire que si cette musique est sombre, elle n’est en rien désespérée. On pense souvent à Nick Cave (Places) dans sa période intermédiaire (c’est à dire ni terroriste sonore ni crooner crépusculaire). Le tout n’est jamais glauque ni plaintif cependant.

Cette nouvelle manière un rien plus électrique dissipe encore plus l’envie de coller des étiquettes. Ca ne va pas vous aider vous entends-je marmonner. Parler de musique c’est comme danser de la peinture comme le disait fort judicieusement le pourtant cérébral David Byrne (chanteur des Talking Heads pour dispensable rappel). Bornons-nous simplement à constater que dans leurs meilleurs moments (et cet album en compte), The Black Hearts Procession vole à des altitudes où ils ne risquent de rencontrer que des oiseaux comme Sophia ou les Tindersticks. Ajoutons aussi le dernier The National pour faire bonne figure.

D’ailleurs, si vous avez un jour sombré sur Sophia, vous succomberez pareil sur To Bring You Back. Des sensations inédites depuis The Infinite Circle. Not Just Words est quant à elle la version plus prenante d’une balade que n’aurait pas renié REM. Waiter #5 est aussi un moment plus intime mais poignant pour ceux qui peuvent s’abandonner à ça.

Comme je mouille mon maillot pour ce site (vous verriez dans quel état il se trouve), j’ai profité de leur récent passage au Botanique pour ressentir en direct l’effet de ces titres. Eh bien mes amis, bien m’en a pris, c’est tout bonnement renversant. Si les anciens titres semblent plus faire réagir les gens sans doute pas encore familiarisés avec cette dernière livraison, des morceaux comme The Spell, The Letter ou To Bring You Back séduisent par leur intensité qui est plus importante encore que sur CD.

Donc, une confirmation plus électrique pour tous ceux qui connaissent les délices de The Black Heart Procession (une dédicace à la personne qui m’a fait connaître ça au passage) et la probable découverte d’un univers pour les autres. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)