Accueil > Critiques > 2006

Mission Of Burma : The Obliterati

lundi 28 août 2006, par marc


Pour rappel, le post-punk était la tentation coupable qu’on éprouvé certains punks à la charnière des années ’70 et ’80 pour des rythmiques plus dansantes (Gang Of Four) ou simplement plus complexes (Wire). On retrouve de nos jours ces influences chez Bloc Party par exemple. C’est également sous cette étiquette qu’est vendue la musique des Américains de Mission Of Burma (Mission en Birmanie, ce qui sonne très Buck Danny).

il faut attendre le troisième morceau pour qu’on quitte le rock carré, plus punk que post donc. C’est en effet la grosse déception de cet album, le nombre de titres de rock plus classique, efficaces mais trop oubliables. Les déflagrations électriques qui zèbrent le ciel de Donna Sumeria par contre évoquent aussi bien Wire que certains Joy Division. Le chant se rapprocherait plutôt de la version déglinguée d’une tendance héroïque.
Le post-punk est plus authentique dans Let Yourself Go, 1001 Pleasant Dreams ou Man In Decline. De la basse qui cogne et de la fureur punk. Tout ce qu’on attend donc. La mission (Of Burma, donc, facile...) est donc accomplie, le cahier des charges rempli.

Des morceaux comme 13 constituent une agréable surprise. Par leurs changements de climats (froids) et de tempos, par l’intensité qu’ils premettent aussi.

La volonté discoïde est bien moins marquée que chez la plupart de leurs corréligionnaires contemporains (Les plus froids Editors ou The Departure). Mon réflexe Pavlovien à l’écoute de cet album est de vouloir me replonger dans les trois premiers indispensables Wire...

Un de leurs titres se nomme Good, Not Great. C’est exactement ça. S’ils appliquent consciencieusement les recettes, si l’intensité est présente comme la rage nécessaire, c’est de l’ouvrage pour spécialistes et certains autres (Bloc Party, Futureheads) accrochent mieux à l’air du temps par leur accessibilité et leur intérêt. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • They Call Me Rico - Wheel of Love

    Le substrat musical sur lequel a poussé ce cinquième album de They Call Me Rico, projet de Frédéric Pellerin du groupe Madcaps, c’est l’americana et le blues. Et on le sent, souvent. Certains morceaux en sont encore baignés (This Old Dog, Don’t Let You Go Down). Wheel of Love est plus proche de ce canon rock et dans l’ensemble, c’est un fort plaisant rappel de la base de tout ceci.
    Mais si on a retenu (...)

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)