Accueil > Critiques > 2006

Think About Life : Think about Life

lundi 28 août 2006, par marc


Pour manger certains cakes quatre-quarts un peu trop riches, il faut que l’estomac soit dans de bonnes dispositions. Ca doit aussi être le cas pour vos oreilles au moment de vous lancer sur Think About Life. On essaie de faire un peu de tout ici, mais le plaisir le plus tordu est la contemplation des ovnis. En voilà un.

Ca ressemble à rien de précis et à des tas de choses à la fois. C’est en tous cas un joyeux bordel comme si de sales gamins avaient pénétré par effraction dans le studio de Stereolab pour faire subir les derniers outrages à la table de mixage. Ils ont gardé néanmoins du groupe de Laetitia Sadier le gimmick de deux notes de synthé pour lier un morceau. Ne vous êtes-vous jamais fait passer pour cinglé juste pour faire ce que vous vouliez ?

Le morceau In Her Hands est à cet égard un concassage en règle, complexe et surprenant. A côté, Clap Your Hands Say Yeah fait figure de premier de la classe de solfège avec raie gominée au milieu. Le tout apparaît quand même comme un peu confus. On les soupçonne même d’en rajouter un brin. Une sorte d’Architecture in Helsinki sans la fanfare. L’ombre d’Arcade Fire pointe même de temps en temps sur cet album. Certaines montées sur pas grand-chose, juste par pure démonstration de tripes, sont vraiment réussies (Serious Chords).

Ecouter le tout d’une traîte, surtout au début, nécessite des nerfs d’agent secret, malgré de petits répits comme Slow-Motion Slam Dunk From The Free-Throw Line. La faute sans doute à cette couche de synthé distordue et souvent mise en avant (Paul Cries, Commander Rilker’s Party). C’est donc susceptible de flanquer une tenace migraine, comme à celui qui a mis le premier album de Suicide au saut du lit. Le procédé est trop ténu pour marcher à tous les coups. Les morceaux incorporant plus de ruptures de rythme, plus de variation fonctionnent beaucoup mieux. Quand le tempo commence de façon plus posée et que la boîte à rythme s’emballe à mi-morceau et on a une réussite qui s’appelle Money. De même, le morceau Serious Chords dont on a déjà parlé qui attaque plus franchement, avec des sections à batterie seule culottées.

Le morceau caché pousse encore le tout plus loin : rythmique cheap, deux chants, un fait vraiment de cris et l’autre hyper mélodique. L’expérience se révèle un peu borderline mais assez réjouissante et festive. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)