Accueil > Musique > 2006 > Manyfingers : Our Worn Shadow

Manyfingers : Our Worn Shadow

mardi 29 août 2006, par Marc


J’avoue que je n’ai rien vu venir. Les premiers morceaux sont fort décharnés, sourdant une mélancolie tenace par des moyens certes efficaces mais réduits (quelques notes de piano, de cuivres, rythmique trip-hop acoustique, un arpège mais jamais le tout en même temps). Le résultat est prenant dès le début mais on craint la redite. Faussement puisque les structures évoluent subrepticement.
Le sens mélodique est soufflant. Sans jamais être joli comme peu l’être un Yann Tiersen. Ni utiliser des ficelles bizarroïdes frelatées comme ce qui m’empêche d’apprécier Coco Rosie à sa juste valeur. Les voix ne sont utilisées que comme instruments supplémentaires, et insufflent un aspect humain indispensable.
Va-t-on entendre ça jusqu’au bout ? Le climat est installé, d’accord, mais on sent poindre une crainte de répétition, voire même l’ennui poli des musiques qui tournent en rond. C’est au moment où on se dit que cet album s’absorbera plutôt à petites doses que la bonne surprise survient.

Le cinquième morceau (No Opera) commence comme les quatre précédents. Mais lorsque la guitare - acoustique - entre en piste, on sent venir autre chose, une volonté d’intensité pure. Et elle va venir, sous forme non d’une vague pour surfer mais d’un puissant et inarrêtable ressac. Il le sait et fait durer le plaisir. Un accordéon. Un autre. Et puis tout bascule. On se réjouit de n’avoir pas laissé tomber les bras. Voilà, on est conquis tout bêtement. Un Violoncelle. La musique est encore à réinventer. Une voix. Puis tout redescend. Tout se repose. Eclaircie dans une plaine aride ? Reculade pour mieux sauter ? On ne le sait pas encore.
La plage titulaire reprend les choses à la même place. Quelques notes de piano. On montera cependant, par la présence de plus en plus marquante de cuivres, par la liberté d’une batterie mixée en dessous, par une voix discrète et incantatoire. Car c’est ça la roublardise de Manyfingers. Ce n’est pas à coups de bagarres d’instruments mais en accumulant les effets discrets que l’efficacité est là. Comme ce n’est pas démonstratif, tout reste assez subtil.
A remark reste mon morceau favori puisque le round d’observation est réduit à sa plus simple expression. Une rythmique qu’on aurait bien vu sur le dernier album deFour Tet accompagne un piano minimaliste et quelques notes de cuivres. Pas tentant tout cela ? Peut-être pas sur votre écran mais dans les oreilles ça donne.

Tsunami prend alors congé de nous, par ses violons languides et ses cuivres élégiaques, voire un grondement (discret, il faut le faire) de percussions. Le titre se révèle approprié. C’est le bout du voyage, merci d’être venus, vous pouvez reprendre un billet. La progression des titres de l’album est particulièrement étudiée mais si vous êtes impatients, laissez tomber la première partie de l’album.
C’est ça aussi, la musique, pouvoir sortir le maximum à partir du minimum. Trouver le peu de notes mais les justes. Pour emmener l’auditeur où il ne pensait pas aller. Tout ceci nécessite un talent qui est indiscutable ici. On commente une réussite, on ne l’explique pas. Manyfingers est un de mes nouveaux compagnons de trajet de 2006. (M)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)