Accueil > Critiques > 2006

Le Fils De Jack : Tout Le Monde Est Fatigué

mardi 29 août 2006, par marc


Il faut peu de choses pour mettre un critique en joie. L’envoi d’un album de la part d’un groupe par exemple est un motif de satisfaction. Même si la chanson française est un peu le parent pauvre de ce site, on va s’attarder sur ce jeune groupe français.

Lancé par des premières parties de Mickey 3D notamment, Le Fils de Jack bourlingue en ce moment un peu partout dans l’hexagone. S’ils passent par notre plat pays, nous irons à leur rencontre. Tout d’abord, un groupe de Rock français qui ne sonne pas comme un groupe anglais ni comme Noir Désir, c’est suffisamment rare et intéressant pour être signalé.

Par contre, Mickey 3D reste une référence incontournable pour le côté rock de France. Mais si le registre musical est souvent fort proche (Les Bonnes Manières mènent à l’Ennui), il n’y a ni l’aspect ’le-monde-est-foutu-tout-est-atroce’ ni les inflexions vocales du droopy stéphanois et c’est pas dommage.

Pour la chanson française, la voix est une des composantes essentielles. Dans le cas qui nous occupe, elle est parfois affectée (Triste Romance), évoque aussi nettementBenjamin Biolay (frappant sur La Rage) ou encore paraît incongrue sur l’introduction de Je n’Irai Plus Au Bal puisque celle-ci ressemble nettement au Placebo du premier album éponyme.

C’est le balancement entre le premier et le second degré qui déconcerte aussi parfois d’un morceau à l’autre. De la rage rentrée digne de Miossec sur Trop Tard à l’ambiance barrée de Le Capitaine de Soirée (le Bob français ?) en passant par la comptine sortie du bestiaire de Dionysos, tout le spectre y passe, quitte à risquer de laisser dubitatif sur le morceau Les Filles Aux Ongles Carrés.

Difficile d’éviter les comparaisons, j’espère simplement qu’elles vous auront aidé à vous faire une idée et à vous encourager à ce frotter à cette descendance de Jack. Les figures tutélaires ne manquent pas et c’est souvent normal pour un premier album. L’avenir nous dira si l’émancipation est possible. Au vu de certaines particularités comme l’orgue qui est particulièrement bien employé sur la première partie de l’album et sachant qu’ils ont un talent d’interprétation certain, on attend la suite avec impatience. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)