Accueil > Critiques > 2006

Sonic Youth : Rather Ripped

mercredi 30 août 2006, par marc

Quand les vieux briscards se mettent à être accessibles, ça reste passionnant


Sonic Youth a été associé à la vague grunge juste parce qu’ils collaient à l’air du temps. Les albums Daydream Nation et Goo avant, Dirty et Experimental, Jet Set, Trash And No Star pendant cette période ont certes influencé une série de groupes mais ils avaient commencé leurs expérimentations au début des années ’80 et ont continué après. Jouissant d’un respect énorme, ils semblaient destinés à rester un groupe plus cité que véritablement écouté. S’il est vrai que les albums mentionnés sont tous excellents et à conseiller (les deux premiers surtout), j’avais un peu perdu le fil après Washing Machine. Mais voici une bonne opportunité de raccrocher le wagon. Comment revenir sur l’avant de la scène ? En proposant un album à la fois personnel et plus accessible. Pas facile donc. Mais d’autant plus remarquable est la réussite.

Le chant faussement nonchalant de Kim Gordon et Thurston Moore, le son de guitare si particulier, à la limite du dissonant et le jeu de batterie étonnamment léger figurent parmi les éléments caractéristiques qui définissent le style Sonic Youth. Autre caractéristique : leur maîtrise de la guitare (pas gaspillée en riff gras ou soli) leur permet de se passer de claviers, samples et autres artefacts. C’est donc plus brut mais aussi plus cohérent. C’est ce qui leur a valu une étiquette (pas toujours usurpée d’ailleurs) de musiciens expérimentaux et prise de tête. Mais parfois ils décident de mettre leur savoir-faire au service d’un format plus habituel. Et c’est ce qui donne leurs plus belles réussites comme Goo. Qui reste la porte d’accès idéale, quoiqu’un peu plus brute de décoffrage que cet album. Pas de déflagrations donc, plutôt un missile de croisière, sûr d’atteindre sa cible.

A l’instar du Velvet Underground, Sonic Youth possède un charme que je n’ai jamais pu définir. A la limite de la musicalité, à l’inverse même du joli, ils ont su tous deux tailler de grandes chansons ne tombant jamais vraiment dans le chaos. Un morceau comme Rats est à ce titre exemplaire de maîtrise. A mille lieues des visées minimalistes à la mode, il préfèrent une musique à strates, à plusieurs niveaux d’écoute. C’est spectaculaire comme un morceau peut changer en fonction du volume. Tout le contraire de la musique de radio, optimisée (et c’est également remarquable) pour ne pas être dépendante du niveau sonore. Dans ce contexte, pas de morceau à tirer spécialement du lot. Il faudra passer sur cette uniformité (même dans la qualité) lors des premières écoutes.

Un groupe culte qui met son style personnel et son son propre en action dans de véritables chansons rock, c’est assez rare pour être mentionné. Et, par-dessus tout, les chansons sont bonnes. Allez, séance de ratrappage pour tout le monde. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • They Call Me Rico - Wheel of Love

    Le substrat musical sur lequel a poussé ce cinquième album de They Call Me Rico, projet de Frédéric Pellerin du groupe Madcaps, c’est l’americana et le blues. Et on le sent, souvent. Certains morceaux en sont encore baignés (This Old Dog, Don’t Let You Go Down). Wheel of Love est plus proche de ce canon rock et dans l’ensemble, c’est un fort plaisant rappel de la base de tout ceci.
    Mais si on a retenu (...)

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)