Accueil > Musique > 2006 > Sonic Youth : Rather Ripped

Sonic Youth : Rather Ripped

mercredi 30 août 2006, par Marc

Quand les vieux briscards se mettent à être accessibles, ça reste passionnant


Sonic Youth a été associé à la vague grunge juste parce qu’ils collaient à l’air du temps. Les albums Daydream Nation et Goo avant, Dirty et Experimental, Jet Set, Trash And No Star pendant cette période ont certes influencé une série de groupes mais ils avaient commencé leurs expérimentations au début des années ’80 et ont continué après. Jouissant d’un respect énorme, ils semblaient destinés à rester un groupe plus cité que véritablement écouté. S’il est vrai que les albums mentionnés sont tous excellents et à conseiller (les deux premiers surtout), j’avais un peu perdu le fil après Washing Machine. Mais voici une bonne opportunité de raccrocher le wagon. Comment revenir sur l’avant de la scène ? En proposant un album à la fois personnel et plus accessible. Pas facile donc. Mais d’autant plus remarquable est la réussite.

Le chant faussement nonchalant de Kim Gordon et Thurston Moore, le son de guitare si particulier, à la limite du dissonant et le jeu de batterie étonnamment léger figurent parmi les éléments caractéristiques qui définissent le style Sonic Youth. Autre caractéristique : leur maîtrise de la guitare (pas gaspillée en riff gras ou soli) leur permet de se passer de claviers, samples et autres artefacts. C’est donc plus brut mais aussi plus cohérent. C’est ce qui leur a valu une étiquette (pas toujours usurpée d’ailleurs) de musiciens expérimentaux et prise de tête. Mais parfois ils décident de mettre leur savoir-faire au service d’un format plus habituel. Et c’est ce qui donne leurs plus belles réussites comme Goo. Qui reste la porte d’accès idéale, quoiqu’un peu plus brute de décoffrage que cet album. Pas de déflagrations donc, plutôt un missile de croisière, sûr d’atteindre sa cible.

A l’instar du Velvet Underground, Sonic Youth possède un charme que je n’ai jamais pu définir. A la limite de la musicalité, à l’inverse même du joli, ils ont su tous deux tailler de grandes chansons ne tombant jamais vraiment dans le chaos. Un morceau comme Rats est à ce titre exemplaire de maîtrise. A mille lieues des visées minimalistes à la mode, il préfèrent une musique à strates, à plusieurs niveaux d’écoute. C’est spectaculaire comme un morceau peut changer en fonction du volume. Tout le contraire de la musique de radio, optimisée (et c’est également remarquable) pour ne pas être dépendante du niveau sonore. Dans ce contexte, pas de morceau à tirer spécialement du lot. Il faudra passer sur cette uniformité (même dans la qualité) lors des premières écoutes.

Un groupe culte qui met son style personnel et son son propre en action dans de véritables chansons rock, c’est assez rare pour être mentionné. Et, par-dessus tout, les chansons sont bonnes. Allez, séance de ratrappage pour tout le monde. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)