Accueil > Musique > 2006 > Current 93 : Black Ships Ate The Sky

Current 93 : Black Ships Ate The Sky

mercredi 30 août 2006, par Marc

L’autre façon de faire du folk


Il est une époque, pas tellement éloignée d’ailleurs, où écouter du folk qu’on appelait, faute de mieux, ‘gothique’, révélait un certain désir d’autre chose. Maintenant que dans le foulée de chanteurs comme Devenda Banhart ou Bright Eyes, le folk est ressorti de son ghetto, Current 93 peut compter sur une visibilité et des collaborations nombreuses. Ne perdons pas de vue qu’il y a dans la discographie très touffue de David Tibet (et dans celle des groupes proches, de Sol Invictus à Death In June et This Mortal Coil) de purs moments de terrorisme sonore, des expérimentations assez extrêmes qui ne sont pas à la portée du premier fan de Coco Rosie venu. Je les soumettrai à Svastikas For Noddy, un jour, pour rigoler.

Une des bonnes idées récurrentes de Current 93 est l’apport de nombreuses collaborations parfois à contre-emploi. Marc Almond n’est pas dans son domaine de prédilection avec ce Folk plutôt nu et ses intonations ne marchent pas dans ce registre. Encore que le décalage sue ce Idumea puisse fonctionner. Tout est question de point de vue. Tout le contraire, mais c’était prévisible, de Bonnie ’prince’ Billy sur une autre version du même morceau. C’est de Antony que vient la surprise. On dirait qu’il s’est vraiment imprégné de l’ambiance pour faire d’Idumea une balade malade, de ces états limite que seuls des groupes comme celui-ci sont à même de relater. Car on ne retrouve nulle part ailleurs des univers tels que celui-ci. Alors que les ingrédients sont extrêmement conventionnels (guitare et violon discrets, une voix), il se dégage tout de suite une ambiance très particulière.

Quand David Tibet chante lui-même, on revient à l’essence de Current 93. Encore plus dès la plage titulaire. Le ton à la fois halluciné et mesuré et sous-mixé n’appartient qu’à lui. Ah, les bons moments que ça rappelle (Lucifer Over London par exemple). C’est ce qui déconcertera le plus ceux qui aborderont par ici la discographie complexe (tous les groupes qui en viennent et en partent) du Courant de 93. C’est en tous cas rassurant de remarquer que le style est resté personnel. Restent même les gimmicks déroutants comme ces chansons aux titres identiques ou enchevêtrés qui rendent fastidieuse l’écoute d’une traite des 21 titres qui paraissent comme des variations sur un thème et les sujets de mysticisme païen (oxymoron, je sais, mais c’est de circonstance) et de symbolique totalitaire (allusions au Reich). Ce qui pourra induire ’une monotonie qui fait partie du décor et est presque une composante du charme (je suis indulgent avec les groupes qui m’ont beaucoup apporté).

En dehors des morceaux orchestrés par de simples arpèges toujours réussis de guitare (le fort bon Then Kill Caesar, Bind Your Tortoise Mouth) figurent des imprécations sur tapis sonores entêtants (The dissolution of the Boat). Un violoncelle vient parfois appuyer la mélancolie qui sourd de ces morceaux (The Autistic Imperium Is Nihil Reich qui reprend pas mal des obsessions habituelles de Tibet). Ayez quand même un rien de moral avant de commencer. Conseil d’ami.

Pour ceux qui comme moi avaient un peu perdu de vue Current 93 ces dernières années, c’est rassurant de voir que l’intégrité et la qualité sont toujours là. Le contexte musical actuel permet juste à ces précurseurs de mieux se fondre dans le paysage et de sans doute élargir leur public. C’est ce qu’on leur souhaite et ce qu’ils méritent. Cet album pourra constituer une porte d’entrée à l’auditeur curieux et un peu averti. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)