Accueil > Critiques > 2006

Current 93 : Black Ships Ate The Sky

mercredi 30 août 2006, par marc

L’autre façon de faire du folk


Il est une époque, pas tellement éloignée d’ailleurs, où écouter du folk qu’on appelait, faute de mieux, ‘gothique’, révélait un certain désir d’autre chose. Maintenant que dans le foulée de chanteurs comme Devenda Banhart ou Bright Eyes, le folk est ressorti de son ghetto, Current 93 peut compter sur une visibilité et des collaborations nombreuses. Ne perdons pas de vue qu’il y a dans la discographie très touffue de David Tibet (et dans celle des groupes proches, de Sol Invictus à Death In June et This Mortal Coil) de purs moments de terrorisme sonore, des expérimentations assez extrêmes qui ne sont pas à la portée du premier fan de Coco Rosie venu. Je les soumettrai à Svastikas For Noddy, un jour, pour rigoler.

Une des bonnes idées récurrentes de Current 93 est l’apport de nombreuses collaborations parfois à contre-emploi. Marc Almond n’est pas dans son domaine de prédilection avec ce Folk plutôt nu et ses intonations ne marchent pas dans ce registre. Encore que le décalage sue ce Idumea puisse fonctionner. Tout est question de point de vue. Tout le contraire, mais c’était prévisible, de Bonnie ’prince’ Billy sur une autre version du même morceau. C’est de Antony que vient la surprise. On dirait qu’il s’est vraiment imprégné de l’ambiance pour faire d’Idumea une balade malade, de ces états limite que seuls des groupes comme celui-ci sont à même de relater. Car on ne retrouve nulle part ailleurs des univers tels que celui-ci. Alors que les ingrédients sont extrêmement conventionnels (guitare et violon discrets, une voix), il se dégage tout de suite une ambiance très particulière.

Quand David Tibet chante lui-même, on revient à l’essence de Current 93. Encore plus dès la plage titulaire. Le ton à la fois halluciné et mesuré et sous-mixé n’appartient qu’à lui. Ah, les bons moments que ça rappelle (Lucifer Over London par exemple). C’est ce qui déconcertera le plus ceux qui aborderont par ici la discographie complexe (tous les groupes qui en viennent et en partent) du Courant de 93. C’est en tous cas rassurant de remarquer que le style est resté personnel. Restent même les gimmicks déroutants comme ces chansons aux titres identiques ou enchevêtrés qui rendent fastidieuse l’écoute d’une traite des 21 titres qui paraissent comme des variations sur un thème et les sujets de mysticisme païen (oxymoron, je sais, mais c’est de circonstance) et de symbolique totalitaire (allusions au Reich). Ce qui pourra induire ’une monotonie qui fait partie du décor et est presque une composante du charme (je suis indulgent avec les groupes qui m’ont beaucoup apporté).

En dehors des morceaux orchestrés par de simples arpèges toujours réussis de guitare (le fort bon Then Kill Caesar, Bind Your Tortoise Mouth) figurent des imprécations sur tapis sonores entêtants (The dissolution of the Boat). Un violoncelle vient parfois appuyer la mélancolie qui sourd de ces morceaux (The Autistic Imperium Is Nihil Reich qui reprend pas mal des obsessions habituelles de Tibet). Ayez quand même un rien de moral avant de commencer. Conseil d’ami.

Pour ceux qui comme moi avaient un peu perdu de vue Current 93 ces dernières années, c’est rassurant de voir que l’intégrité et la qualité sont toujours là. Le contexte musical actuel permet juste à ces précurseurs de mieux se fondre dans le paysage et de sans doute élargir leur public. C’est ce qu’on leur souhaite et ce qu’ils méritent. Cet album pourra constituer une porte d’entrée à l’auditeur curieux et un peu averti. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)