Accueil > Musique > 2006 > Love Is All : Nine Times The Same Song

Love Is All : Nine Times The Same Song

dimanche 26 novembre 2006, par Marc

Barre énergétique


De même qu’on peut expliquer pourquoi on se lance dans une relation en fonction de celles qui ont précédé, on peut justifier l’achat d’un Cd en fonction de ce qu’on écoute d’autre. Si ce que j’ai vu en concert et écouté ces derniers temps était bon, il me manquait quand même une dose d’énergie gratuite, voire de violence salutaire. Ayant pris connaissance des Suédois de Love Is All grâce au podcast des Inrocks, je me suis procuré ma barre vitaminée.

Et j’y ai trouvé ce que j’attendais, une série de morceaux enlevés. Et aussi ce que je n’attendais pas, des petites pépites electro-pop catchy juste comme il faut.

Le genre pratiqué par Love Is All est donc à situer dans le rock pour dancefloors, celui que pratiqueraient les Yeah Yeah Yeahs ou Be Your Own Pet (Talk Talk Talk Talk Talk) s’ils faisaient du disco. La ressemblance des intonnations des chanteuses de ces deux groupes avec celle de Josephine Olauson est d’ailleurs assez frappante.

On trouve de la variété chez Love Is All, ce qui semble démentir le nom de l’album. On a le produit d’appel (single probable, vérifiez vos radios favorites) qu’est Busy Doing Nothing, un des morceaux à teneur énergétiques les plus importants de cette année. Dans un monde bien fait, ce devrait être un carton. Dansant en diable, rehaussé de cuivres, ce titre a tout pour vous faire bouger. C’est le morceau de résistance de l’album. Il est entouré de morceaux parfois très dansants aussi (Used Goods) mais c’est dans les titres plus pop et plus construits que la bonne surprise se trouve. Il y a en effet dans Make Out Fall Out Make Up des trouvailles et un refrain qui font dans la pop la plus classique. Ou qui plutôt le feraient s’il n’y avait cette pêche. On peut en dire de même de Turn The Radio Off. Ce rock contient d’authentiques refrains de stades alors qu’on ne lui demandait que d’être sudoripare.

Des morceaux qui pourraient rester de transition, sont un peu au-delà de ça grâce à la note de trompette (Felt Tip). On se laisse cependant glisser vers la fin de l’album avec l’inévitable chute d’attention qui survient après le plus consistant début et milieu d’album. C’est qu’il ne vous restera plus assez de calories à l’approche du pourtant gigotant Spinning & Scratching. Une fois une seule le tempo tombe un peu, le temps d’un qui montre une voix plus brute et pas toujours intelligible, comme celle de sa compatriote Katrin Dreijer (les indispensables The Knife). Ils prennent congé de nous sur un genre de boogie post-punk plus furieux qu’indispensable. Ils ont donc réussi à nous garder sur tout l’album. La compacité de ce dernier est parfois complèté d’un cd bonus de quatre titres plutôt anecdotiques, avec une reprise de Yoko Ono (Kiss Kiss Kiss) et une version lente de Felt Tip.

La production, léchée sans être lisse, ne provient pas de Paul Epwoth. Cet homme est le producteur des albums de Bloc Party, The Rakes, The Futureheads, Forward Russia ! ou White Rose Movement. Ces groupes, pour excellents qu’ils puissent être, on parfois un peu tendance à se ressembler dans la perfection du son vintage ’80. C’est donc d’autant plus frais ici.

Sans pour autant crier au génie impérissable, ceci est mon conseil consommation du moment si vous avez envie d’un album à contenu énergique important. Vous y trouverez ce que vous attendez et un peu plus même.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)