Accueil > Musique > 2006 > Kasabian - Empire

Kasabian - Empire

dimanche 31 décembre 2006, par Fred

Les groupes anglais se suivent...


Look négligé, OK
Air suffisant, OK
Déclarations fracassantes, OK
Ego démesuré, OK
Présence féquente dans les colonnes de NME OK
Single en haute rotation sur les radios, OK

Kasabian remplit donc bien tous les critères de la checklist "groupe anglais de l’année du mois". Passé ce constat, il y a heureusement de la musique. Parlons donc musique.

Empire est le second album de ce combo de Leicester et succède à l’album Kasabian sorti en 2004.

Le premier titre, le single Empire, met déjà la barre haut. Il presente un niveau de coolitude, et d’efficacité, qui n’est pas sans rappeler les étincelles de génies des frères Dewael au sein de Soulwax et de 2Many DJ’s.

Shoot the runner poursuit dans la lancée. Là encore ce n’est plus tout à fait du rock, ce n’est certainement pas encore de l’électro. C’est hybride, c’est entre le post-rock et l’electroclash, c’est une fusion de rock indie et d’électro avec un petit côté glam qui fait penser entre autres à Primal Scream ou aux Stone Roses.

Last trip (in flight) et Me plus One portent cette même patte avec en plus une côté folk flower power des 70’s.

Avec Sun/Rise/Light/Flies revient le gros son. On remarque alors la voix nasillarde qui évoque celle des frères Gallagher, une voix passée au compresseur entourée de choeurs et de violons, et toujours cette batterie et cette guitare qui tournent en rond l’une après l’autre...

Apnoea, poursuit et met en avant le côté le plus électro du combo avec une rythmique à la Underworld. On se sent déjà commencer à dancer, mais après de 2 minutes, c’est déjà fini. C’est trop court ! On en veut encore ! Heureusement on aura une chance de se rattraper avec un Stuntman du même tonneau quelques plages plus tard.

Excercice difficile, la balade electro, type Bachelorette de Björk, est ici parfaitement réalisée et By my side montre bien toute l’attention portée à la production. Les parties instrumentales sont superbes et le son est profond. Miam !

Bon, tout n’est pas forcément exceptionnel et par exemple, l’électro-naif Seek&Destroy et l’acoustique British Legion (Noel Gallagher sort de ce corps !) auraient pu par exemple rester dans la boîte avec les autres faces B !

Enfin, on se sépare bons amis sur The Doberman, titre qui monte en puissance sur 2 minutes, dévie en foutoir accoustique, pour finir sur des airs de trompettes et une ambiance à la Enio Moriccone ! Etonnant.

Au final, une bonne image pour décrire cet album, est probablement la suivante : "Muse (basse/batterie) meets Oasis (voix et chant) meets Underworld (boucles de clavier/ rythmiques)".

Si vous aimez l’un des 3 groupes susnommés vous aimerez forcément quelques choses chez Kasabian. Ce n’est certes pas révolutionnaire mais ça a le mérite d’être frais, rythmé et bien foutu, alors pas de raison de bouder votre plaisir.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

2 Messages

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)