Accueil > Musique > 2006 > Malajube : Trompe-l’oeil

Malajube : Trompe-l’oeil

vendredi 8 décembre 2006, par Marc


Il y a eu Bristol, Manchester, Seattle et maintenant il y a Montréal comme ville-phare de la planète du rock. On peut évidemment penser que l’origine géographique ne fait pas tout. Ca doit aussi regorger de mauvais groupes là-bas mais quand on fait le bilan, il y en a aussi de sacrément bons. En voici un de plus donc.

La chanson française ne se marie pas souvent avec l’excellence purement musicale. Il y a plein d’exceptions bien sûr mais on a pour habitude de dissocier le fond de la forme quand on en parle. Malajube chante en français mais il s’agit plutôt d’un détail qu’il faut surmonter. Je veux dire par là qu’il m’a fallu au début passer outre la langue pour pleinement goûter à la musique. Puis elle devient une composante naturelle du tout donc on parlere donc d’un groupe qui a sa place dans la grande famille du rock indé montréalais (Wolf Parade, Arcade Fire, Final Fantasy, etc...) mais qui chante en français.

A quoi ressemble Malajube alors ? A rien et c’est bien comme ça. L’exubérance, la folie contenue sont en effet ses seules caractéristiques. Ce n’est pas un de ces savants dosages pour cross-overs de spécialités, c’est une vraie matière vivante. Le style le plus poche parfois est le glam’ rock, pour ce manque total de modestie ou de retenue. Prenez un morceau comme Montréal -40°C ou Le Crabe. Ils vous amènent où vous ne pensiez pas aller. De vraies montagnes russes. Et ils n’hésitent pas non plus à faire du bruit (La Fille A Plumes, Casse-cou) de temps en temps si l’intensité l’exige.

Avant qu’on découvre des preuves formelles de musique extra-terrestre, Arcade Fire produit ce qui se fait de mieux de ce côté-ci de la stratosphère. On y pense aussi parfois ici, par cette manière complètement décomplexée de mettre des chœurs pour faire une montée (La Monogamie). On y pense aussi sur Etienne d’Août, capable en jouant sur la même mélodie ténue comme sur ce monument de roublardise qu’était Wake-up. Et sur ce morceau-là, ça marche vraiment, surclassant même ce que My Latest Novel a proposé cette année dans le même genre. On ne retrouve pas cependant la volonté de bouleverser son audience, juste la divertir. Il vous faudra peut-être au début vous habituer à des morceaux qui partent dans tous les sens, mais ces chansons ne vous lâcheront plus. En tous cas, ils me tiennent toujours. La moitié au moins est d’un très haut niveau et les scories sont presque inexistantes.

Les groupes jouant dans cette catégorie sont plutôt rares. Pour la variété des climats, on pense parfois à un Ghinzu qui se la jouerait un peu moins, à M qui arrêterait de vouloir être un guitar-hero hexagonal ou du Phoenix sous extasy. Rien ne colle vraiment comme étiquette donc. Le casse-tête du critique. Mais le plaisir de l’amateur, ce qui reste le principal.

Et la langue dans tout ça ? Le français reste bizarre pour une telle musique. Les paroles sont parfois déroutantes (Montréal t’es tellement froide/Une ourse polaire dans l’autobus/Je m’inspire du pire pour m’enrichir/Je t’aime tellement que j’hallucine) mais bon, elles sont souvent raccord avec les morceaux qui les contiennent. Signalons la collaboration occasionnelle de Pierre Lapointe dont on vous parlait récemment.

Un groupe à la hauteur des meilleures réalisations du moment mais chantant en français ? On n’y avait même pas pensé mais Malajube l’a fait quand même.

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Pour vous faire une idée, vous pouvez télécharger Montréal -40° sur leur site :

http://www.malajube.com/fr/index.php?page=disco

Allez, encore un extrait, tiré du site de pitchfork :

http://downloads.pitchforkmedia.com/Malajube%20-%20La%20Monogamie.mp3

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)