Accueil > Critiques > 2006

Cali : Le Bordel Magnifique

mardi 12 décembre 2006, par marc

Bon mais inutile


Les producteurs de chanson française manquent décidément d’imagination. L’avènement du Dvd n’a rien arrangé. En effet, il est depuis longtemps un usage bien établi d’entrecouper les albums studios de captations en concert. Certes, de nos jours c’est le plus souvent le Dvd qui prévaut mais il semble qu’il faille absolument un concert pour entériner un succès. Ils y passent tous. Même le Cheap Show D’Anaïs a eu droit à son Dvd. Finalement, seuls des chanteurs comme Miossec ou Dominique A échappent au phénomène. Retirons aussi Jean-Louis Murat dont les live sont de véritables relectures (Murangostang).

Cali a une place à part dans la chanson française. Gros vendeur de disques mais avec une vraie crédibilité. Pouvant se permettre d’inviter un Miossec le temps d’une reprise de Je m’en vais, le Catalan n’a eu besoin que de deux albums pour imposer son style. Sa générosité et sa sincérité manifeste lui permettent à peu près tout. S’il n’a pas remodelé la face de la musique du XXIème siècle, il a su imposer un certain panache dans les orchestrations. Le standard reste en tous cas assez haut pour de la chanson française et il a su apporter des variations rigolotes à la sempiternelle chanson de rupture. Le grand jour, Elle m’a Dit, Je Te Souhaite A mon Pire Ennemi ou Je Ne Vivrai Pas Sans Toi ont en effet un petit quelque chose de profondément humain et l’auto-flagellation est compensée par un humour léger et sont posées sur des morceaux hauts en couleur. Ce concert veut témoigner de tout ça. Et il y arrive puisque tout est à la hauteur de ce qui figure sur L’Amour Parfait ou Menteur

Alors, à quoi sert ce live de Cali ? A pas grand’ chose à vrai dire. L’interprétation est à la hauteur, c’est du solide. Mais avec sept morceaux du second album et six du premier, aucun inédit ou version radicalement différente, il est seulement là pour rappeler de bons souvenirs à la nombreuse assistance de la tournée. Je n’ai jamais vu Cali en concert, donc certains passages, s’ils doivent être efficaces en direct, semblent incongrus hors contexte. Je pense à sa requête de se caresser (mutuellement quand même). Au casque en rue c’est étrange en tous cas. Plus sérieusement, c’est de la belle ouvrage, mais qui n’apporte absolument rien à la discographie de Cali.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit (...)