Accueil > Critiques > 2006

Lisa Germano : In The Maybe World

vendredi 22 décembre 2006, par marc

Si vous voulez de la douceur


"Concert annulé pour cause de comportement enfantin". C’est sous ce prétexte bizarre que plusieurs dates de la tournée américaine de Lisa Germano ont été supprimées. J’ai profité du remboursement de ma place pour me procurer son dernier album en date. Dommage, le souvenir d’un concert d’il y a dix ans me promettait une bonne soirée.

Il y a une douzaine d’années que je suis Lisa Germano. Bien sûr, je ne la piste pas à la trace, mais le souvenir vivace de Geek The Girl, son meilleur album à ce jour en fait un des éléments de ma discothèque idéale. Petit bestiaire, monde imaginaire peuplé de bizarreries sonores et de trouvailles en tous genres, cet opus millésimé 1994 n’a pour seul défaut d’être arrivé beaucoup trop tôt, dans un monde musical encore vrombissant et récoltant moins de succès que ses succédanés comme Coco Rosie dix ans plus tard. Ce n’est finalement pas grave pour ceux qui la connaissent et l’apprécient.

Cette ancienne violoniste de John Mellecamp a tout d’abord tâté de la pop avec une certaine réussite (Puppets est une grande chanson) avant de se laisser aller à des choses plus personnelles. Très personnelles mêmes puisque je ne vois rien qui s’approche de sa musique. Faite de douceur extrême mais totalement dénuée de mièvrerie, elle est une invitation à la rêverie. Cette voix unique, qui chuchote presque plus qu’elle ne chante est un gage d’intimité.

Certes, l’album est court (moins de 34 minutes) mais finalement, c’est la dose idéale pour ne pas lasser. Et puis rien ne vous empêche de le passer en boucle. C’est ce que je suis en train de faire d’ailleurs. Sociétaire du grandissant club des "chanteuses-que-c’est-pas-top-dans-leur-tête", Lisa Germano s’en distingue par des orchestrations cotonneuses, limitées mais jamais minimales. Un orgue, des cloches discrètes, le renfort de la guitare de Johnny Marr (ne vous attendez pas à reconnaître l’ancien guitariste des Smiths), fort peu de batterie, un minimum de violon, elle tisse des toiles, enrobe sa voix unique. J’aime ça, vous en seriez-vous douté ? Mais il faut bien être conscient que le contexte doit être à l’avenant. Au calme (j’ai essayé au volant, j’ai tenu trente secondes), l’esprit apaisé, un pot de glace est bienvenu. Je m’en voudrais donc de conseiller cet album à tout qui n’est pas porté sur la langueur.

Si cette voix semble porter toute la lassitude du monde, les mélodies qui la portent, plus insidieuses qu’il ne paraît au premier abord, la mettent bien en valeur. Rien à siffloter sous la douche ne se trouve sur ce premier disque depuis 2003. Familier avec son univers, j’ai tout retrouvé du charme. Pas de projection dans le temps, juste un pas de côté par rapport à tout ce qui se fait d’autre. Pas pop puisque pas séducteur, pas folk puisque trop éthéré, pas froid parce que trop humain, je n’arrive pas à classer Lisa Germano. Disons qu’elle a sa place dans des moments de ma vie. Celui-ci en est un et je suis content qu’elle soit là. Ne comptez pas sur elle pour appuyer une déprime, elle est juste là pour apporter de l’apaisement, pas de la noirceur. Avec en plus cette distance qui lui permet de dire ’Go to Hell/Fuck You’ sans jamais apparaître cavalière.

Cet album peut aussi paraître un rien uniforme mais de brusques changements de rythmes ou de climats n’auraient pas convenu. Too Much Space est cependant un rien au-dessus et elle termine ici comme sur la plupart de ses albums sur un titre plus aéré. Donc si vous voulez une pause dans ce monde de brutes, Lisa Germano est là, avec son attirail d’intimité. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)