Accueil > Musique > 2006 > Cursive : Happy Hollow

Cursive : Happy Hollow

vendredi 29 décembre 2006, par Marc

Fantaisie Chez Les Ploucs


C’est la fin de l’année. Vu la quantité annuelle de critiques et sachant que 2007 démarrera bien vite, il est plus que temps de se pencher sur le résidu de nos listes de 2006. En plus des albums que je n’ai pas pu écouter en entier et de ceux trop clairement hors de mon champ de compétences, il y a ces albums déconcertants dont on reporte l’analyse pour se pencher en priorité sur ce qui nous est familier. C’est à cette catégorie qu’appartient Cursive parce que, autant ne pas laisser un suspense insoutenable, c’est un album riche et inspiré.

Cet album de Cursive relate avec un oeil amusé la vie dans une petite ville des Etats-Unis avec la rage d’en sortir qui va avec. Ce qui est bien, ce n’est pas un album lobotomisé de plus. Mais si vous le permettez, je vais remettre l’exégèse à plus tard et tenter de vous donner goût à cette musique. Car j’y ai pris goût moi-même. C’est qu’il me faut de temps en temps une petite couche de rock plus culotté, plus ample. Et là, il y a de quoi faire. Dès les premières secondes de cet album, les cuivres prennent possession de la scène. C’est forcément spectaculaire, c’est fait expressément pour en jeter un maximum. On reste forcément un peu estomaqués face à ce genre de stoner fait à l’aide de trompettes (Big Bang). Le chant pourrait être celui d’un quelconque groupe californien pour djeûns (les oho sur Dorothy At Forty). Mais ce n’est pas grave, la musique est trop subtile pour ça et ce côté pop rend le tout plus accessible. Sinon, on peut songer à une version teenager du plus sombre Angel Dust de Faith no More, voire carrément du Mars Volta mais en forcément plus aéré et fun.

Mais qu’on se rassure, il y a également plus de subtilité (Bad Sects, Into The Fold), voire de véritable groove (Flag And Familys) ou encore des incursons carrément jazzy (Retreat !). Une des constantes dans tous ces moreaux, c’est la permanente évolution, comme cette année chez Malajube par exemple. Ici aussi, il y a plus d’idées que de titres, même si certains thèmes réapparaissent de temps en temps, donnant un certain liant.

Voilà, la patience est une vertu qui prend tous son sens au contact de groupes comme Cursive. Puissance, variété et complexité sont les principales qualités de cet album. Allez, place à 2007 maintenant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)