Accueil > Musique > 2007 > Bloc Party - A week end in the city

Bloc Party - A week end in the city

vendredi 9 février 2007, par Fred

La tarte à la crème, Episode 3 - Le retour de la vengeance


Après le succès de Silent Alarm, on peut dire qu’on attendait beaucoup de Bloc Party.
Comme dans le cas de Franz Ferdinand, la presse et les fans n’avaient pas caché leur anticipation.

Alors fausse joie ou Noël avant l’heure ?

Tout d’abord, si il y a bien une chose qu’on n’enlèvera pas à Bloc Party, c’est son intégrité, teinté de candeur et de sentimentalisme. Ce qui donne à leur musique un fort gout d’adolescence. Et donc, malgré tous ces défauts, ce disque pourra difficilement être considéré comme une oeuvre de commande, hypocrite et veinale.

Mais bon, être intègre, c’est bien, mais quand la candeur et les émois du premier album se change en naiveté et en mievrerie, l’écoute se révèle forcément plus pénible.

Ajouter à cela que la fraicheur et l’immédiateté du son de Bloc Party a ici laissé la place à un travail de production (d’empilage ?) plus élaboré, plus maniéré, et la messe est dite !
Au point que certaines plages seraient à leur place chez Coldplay ou chez U2 (Kreuzberg, Sunday), avec un son large comme un train de marchandise.
La musique des sorties en bar entre potes le samedi soir s’est transformée en musique de stade, un peu à la manière de The Killers et de Muse, grosses tartes à la crème de l’année dernière. Le changement est radical et c’est probablement ce qu’on regrettera le plus.

Malgré une fort bonne entrée en matière avec Song for Clay, suivie du frénétique Hunting for the witches, le tout tombe très vite dans les couplets lourds et les atmosphères pataudes. Même waiting for the 7.18 ou On, aux premières minutes de bonne augure, se transforment rapidement en grosse tarte à la crème.
La majeure partie de ce disque ne convaint pas. A part quelque rares morceaux (les précités et I still remember, un morceau aux échos 80’s de New Order entre autres), on n’en retiendra pas grand chose.

Reste donc encore 11 mois avant Noel et plein d’autre sorties, les amis. Fausse alerte !

Une question me reste encore : Mais comment Bloc party fait-il pour faire paraître aussi longues certaines chansons de 4 minutes ?

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

5 Messages

  • Bloc Party - A week end in the city 23 août 2007 22:27, par Thomas

    je viens de découvrir récemment ce site de critique et je tiens tout d’abord à féliciter ceux qui en sont à l’origine. J’apprécie beaucoup les critiques fouillées et intelligentes, les remarques plus générales sur la musique ou les styles (qui, à mon humble avis manquent chez de trop nombreux critiques, lesquelles ne parviennent pas vraiment à situer l’importance d’une oeuvre par rapport à des mouvements d’ensemble).

    Concernant ce second album de Bloc Party, mon avis est fort proche de celui du chroniqueur : il s’agit d’une bien triste déception en regard de la réussite précédente. Je trouve même "Hunting for witches" un peu trop rapide, presque frénétique. Et effectivement, la majorité des morceaux ne parviennent pas à retrouver la vigueur de ceux du premier album. Ils me paraissent hésitants, comme si les musiciens n’osaient plus se lâcher. Espérons un retour de l’inspiration pour le troisième opus.

    repondre message

    • Bloc Party - A week end in the city 24 août 2007 09:08, par Fred

      Bienvenu à toi Thomas.
      Content que les critiques te plaisent.

      N’hésites pas partager ton point de vue sur celles-ci (comme tu viens de le faire), les messages sont faits pour ça.

      repondre message

    • Bloc Party - A week end in the city 24 août 2007 09:13, par Marc

      Tout d’abord merci. Les retours sont d’autant plus agréables qu’ils sont rares. Pour moi, le modèle d’article reste Pitchfork, qui arrive presque à chaque fois à apporter un éclairage sur une oeuvre. On est loin du compte mais on essaie.

      A début, je trouvais Fred trop dur mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence : cet album ne m’a pas séduit. La suite ? La meilleure chose qui puisse leur arriver, c’est de suivre une évolution à la Tv On The Radio. Ce que leur talent leur permet mais ce que leur jeunesse les a sans doute entrainé à brûler les étapes. Ils ont sorti un album la peur au ventre, impresionnés par les attaques terroristes, l’immense attente d’un public jeune donc forcément changeant et les épreuves personnelles (outing, etc...). Espérons qu’ils auront la lucidité de se remettre un peu en question. Wait and see donc.

      repondre message

      • Bloc Party - A week end in the city 24 août 2007 23:28, par Thomas

        De rien. Je trouve aussi important, même si ce n’est que de mes modestes encouragements, de soutenir les gens qui sont passionnés et qui aident d’autres passionnés à s’y retrouver :-)
        J’apprécie d’ailleurs beaucoup Pitchfork, mais qui possède le défaut - compréhensible vu son origine géographique - de ne pas s’attacher aux chanteurs de langue française. De plus, leurs articles sont souvent moins évident pour moi à lire qu’un texte en français, car la terminologie de la critique musicale m’échappe un peu.
        Enfin, en tout cas, bravo pour votre travail et croisons les doigts pour Bloc Party.

        repondre message

  • Bloc Party - A week end in the city 31 décembre 2007 15:43, par nando

    bloc party étant mon groupe préféré avec un superbe silent alarm il est vrai que jai egalement été un peu déçu par cette opus. ce que je trouve dommage ce n’est pas tellement le fait qu’ils ont changer de musiques mais plustot le fait que apres 4/5 écoutes on a meme plus envie d’ecouter l’album.
    excepté song for clay, hunting for witches et the prayer qui valent les chansons de silent alarm. heureusement les nouvelles chansons qui sortent en b-sides ( chanson n’apparaisent pas sur un album mais sur les single) sont meilleur nottament " the once and future king " et "cain said to abel" ce qui laisse presager un 3ieme album meilleur

    repondre message

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)