Accueil > Musique > 2007 > Au Revoir Simone : The Bird Of Music

Au Revoir Simone : The Bird Of Music

jeudi 15 février 2007, par Marc

Si vous êtes en manque de douceur


Quelles sont les raisons qui peuvent pousser trois filles de Brooklyn à appeler leur groupe Au Revoir Simone ? La question reste entière. Après les noms comportant des lieux qui n’ont rien à voir avec la provenance du groupe, voici le nom dans une langue dans laquelle elles ne s’expriment pas avec un prénom qui n’est pas le leur. Je ne sais pas si on leur a dit, mais un nom pareil dans notre langue évoque plus la grosse blague que la fine mélancolie qu’elles distillent.

Trois filles donc. Un clavier chacune. Une boîte à rythme. Et c’est tout. Et c’est suffisant puisqu’on ne voie pas fort bien ce qu’il y a à ajouter à Au Revoir Simone (merci pour la tarte Simone ?). Mais ce line-up a les défauts de ses qualités. En effet, si le procédé vous plaît, vous allez passer un bon moment. Dans le cas contraire, peu de variété n’est à attendre. Vous serez fixés très vite de toute façon. C’est que le titre d’introduction (on ne répétera jamais le caractère primordial d’un engagement engageant) est à la fois typique de ce qui va suivre et très réussi. Mêlant la douceur dans la première partie et des chœurs plus galvanisants dans la seconde, on sait tout de suite ce qui nous attend. Et c’est beaucoup de douceur à venir. Les voix sont légères mais assurées et les mélodies présentes et imparables. On classera un peu au-dessus du reste Lucky One (avec ses paroles I was the lucky one/Reading letters/Not writing them) ou Fallen Snow en plus des deux derniers morceaux dont on parlera plus loin.

Ce qui importe chez Au Revoir Simone, c’est l’ambiance créée. La pochette n’est pas trompeuse à cet égard. J’ai tout de suite pensé à The Virgin Suicides et c’est vrai que dans les moments les plus recueillis Air n’est pas loin, mais le côté désincarné et très évanescent n’est pas là. On a plutôt les contes doux-amers qui auraient pu arriver à ces filles si elles n’avaient pas commis l’irréparable. Un autre nom vient immédiatement en tête à l’écoute de ce The Bird Of Music : Stereolab. Mais en plus reposé. C’est particulièrement flagrant sur Sad Song ou Fallen Snow.

Contre toute attente, c’est au détour de parties instrumentales que la véritable intensité arrive, remplaçant le joli par du plus prenant. On le retrouve par exemple su I Couldn’t Sleep mais surtout sur Lark, alors que le début du morceau ne laissait rien transparaître. Il suffit de peu de chose, un battement plus rythmé derrière les plusieurs voix sur A Violent Yet Flammable World, pour que l’aspect parfois un peu linéaire prenne du relief. On regrettera juste que ces moments sont un peu rares, attendant la fin de l’album (Way To There) pour sortir de leur coquille.

Mais ce ne sont que des pinaillages sur des détails. Il doit transparaître de ce qui précède qu’Au Revoir Simone m’a vraiment plu. Rares en effet sont les albums que je peux écouter en entier plus d’une fois par jour. A vous de voir si votre état d’esprit et votre inclination vous permettront de l’apprécier aussi. Il y a des milliers d’autres choses si ça ne vous tente pas mais si la mélancolie légère et les voix féminines dans ce qu’elles ont de plus doux sont votre truc, c’est un des musts du moment. Au Revoir Simone prouve qu’on peut avoir un point de départ ténu musicalement mais réussir de vraies belles et tristes et heureuses chansons.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)