Accueil > Musique > 2007 > Pop Levi - the Return to Form Black Magick Party

Pop Levi - the Return to Form Black Magick Party

jeudi 19 avril 2007, par Paulo

"Besoin de fraicheur"


Souvent échoués sur un flanc trip-hop (classement fnac), les artistes de chez Ninja tune ont, comme nous tous, parfois besoin de s’aérer la tête et de s’adonner aux plaisirs d’une musique plus directe et accessible. Cette tendance, on peut l’observer chez Simon Green (Bonobo) avec son projet dancefloor en construction Barakas ainsi que chez Pop Levi, membre des "paysagistes" Super Numeri.

Ce dernier a donc choisi de prendre sa gratte et de se défouler entre des tracks road66* [Sugar Assault Me Now, Blue Honey, Mournin’ Light] et des balades pop 60’s anglaises [Crying Chic, Skip Ghetto].

Cet album était attendu avec beaucoup d’impatience suite aux quelques morceaux paru en 2006, dont l’excellent Blue Honey qui reste le must de cet album. Ce dernier développe un riff de guitare assassin, avec en superposition des vocalises qui m’ont rappelées le morceau "Haschish Party" de Garvarentz. Plutot une bonne impression je vous assure.
Dans l’ensemble bien fait, cohérent, direct, on sent ce "retour" à la magie noire que l’on peut assimiler au psychédélisme, très marqué notamment par le mixage de la voix. On frôle tout de même l’indigestion avec "pick me up" qui est pourtant un des singles... Il est vrai qu’à force de répétition il se rend acceptable mais n’a tout de même pas les qualité des deux premiers morceaux. D’un autre côté, on pourrait le comparer au côté ironique de Bike de Pink Floyd.
D’autres morceaux sont clairement étiquettes Rock époque Rubettes, on s’y amuse.
Les ballades sont plutôt réussies, mais il faut aimer et je ne pense pas faire partie du public ciblé.

Côté son, ça sonne exalté et parfois kitschissime. On a affaire à de bonnes instrumentations et des rythmiques travaillées avec inclusion d’onomatopées [crying chic].

En bref, on n’a pas affaire à un manchot côté expérimentation et culture musicale, cet album est donc intéressant mais sa faiblesse sera peut-être son excès d’exaltation et des morceaux qui "déçoivent" en comparaison du splendide "Blue Honey" annonciateur, mais celui-ci vaut tellement le détour... Par ailleurs les amateurs de road66 seront contents ;o)

— >astuce, le site myspace reprend quasi l’album entier, sympa quand même
www.myspace.com/poplevi

*appellation personnelle et je me comprends...**

**L’explication ? bien simple, ca part de On The Road Again ou de la BO d’Easy Rider par exemple, souvent des morceaux avec un riff minimal de blues bien gras.

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)