Accueil > Musique > 2006 > Bonobo - Days To Come

Bonobo - Days To Come

recup 09/2006

lundi 2 avril 2007, par Paulo

No stress with bonobo !


Por ma part, les réalisations de Simon Green aka Bonobo sont attendues avec impatience, effet sans doute dû au côté prometeur et introspectif de sa musique et au voisinage musical d’Amon Tobin, tracteur populaire de Ninja Tune. Arrivé sur ce label suite à son excellent album Animal Magic (2001) sur Tru Thoughts, nous avons eu l’occasion de le retrouver en 2003 avec Dial M For Monkey.

De mémoire, j’éprouve quelques problèmes à distinguer les 2 précédents albums, j’ai une image émotionnelle d’Animal Magic dû à un effet de découverte mais l’écoute de Dial M For Monkey ne m’a pas autant marqué... et c’est peut-être là le problème, Bonobo fait de la musique que l’on qualifie de chill-out, downtempo ou lounge avec une touche personnelle évidente mais sans renouvellement majeur. On retrouve sur ce Days to Come des morceaux qui libère les mêmes sentiments que sur les précédents albums [The Fever, Recurring]. Ce n’est cependant absolument pas un déplaisir...
Il faut également admettre qu’il y a quand même dans la ligne principale de l’album une légère émancipation. Les titres principaux Days to Come et Between The Lines sont plus aérés, utilisent moins les samples et laissent de la place à la voix très adaptée de la chanteuse bajka, vedette de cette album (4 morceaux).

Bonobo fait donc du bonobo comme prévu, en moins introspectif, en plus accessible. L’album, si on n’y prête pas attention, se fait vite "oublier" pour illustrer un fond sonore et pour égailler une journée comme le fait un petit rayon de soleil au travers d’un léger rideau. Inconsciemment même, on pourra se surprendre à remuer le bassin ou à siffloter... plutôt sympa.

Un cd pour chaque situation donc : celui-ci n’est pas du genre à vous speeder le matin mais peut vous mettre de bonne humeur sur la longueur et supporte facilement l’écoute en boucle. On y trouve des basses funkies, quelques habillages sonores à la Amon Tobin, des ambiances jazzies et cuivrées, des mélodies ’herbie hancock’ si je peux les appeler ainsi [transmission 94, On your mark].
Les cordes sur Nightlite peuvent faire penser à celle de Badalamenti dans la BO du film The Straight Story de Lynch, on a donc cette délicieuse vue courante des champs de blé illustrant le périple.
Le début de If you stayed over pourrait quant à lui illustrer un bon vieux film policier français, cependant la voix de Fink, collègue ninja, nous ramène tout autre part dans un univers plus détendu, notons la reprise purement instrumentale sur la fin de ce morceau avec toujours un excellent arrangement des divers instruments.

Côté solide, la pochette en carton (collector ?) est de très bonne facture. Replique des pochettes de ces bons vinyls, elle contient également un second cd "bonus" chargé d’instrumentaux. On ne peut pourtant pas dire qu’on est surchargé par les vocaux dans les versions principales et donc, ce bonus est, comme souvent, dispensable. J’aurais nettement préféré avoir des remix (ce qui aurait donné un peu de tranchant dans le style et dans l’ambiance) mais peut-être est-ce plus commercial de les garder pour la suite... En effet puisque le EP de Nightlife est sorti, avec un remix des excellents ZeroDB notamment.

Conclusion, Bonobo fait du Bonobo, c’est beau, ça s’écoute sans fin, un disque qui fera plaisir aux connaisseurs sans pour autant les ravir côté nouveauté. Je pense qu’on peut en attendre maintenant plus de son projet dancefloor appelé "Barakas"... on se dit à bientôt pour celui-là alors ?

http://www.myspace.com/sibonobo

http://www.myspace.com/sibarakas

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Simone Bernadoni est douce, pas trop éloignée de celle de Laetitia Sadier et excelle dans ce registre (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)