Accueil > Critiques > 2007

Digitalism - Idealism

dimanche 10 juin 2007, par Seb

"Y en a un peu plus, je vous le mets quand même ?"


Après un an où les sorties de Digitalism se faisaient discrètes, on était en droit de se demander mais que font-ils à Hambourg ? Ils m’avaient parlé d’un album il y a plus d’un an mais on l’attendait toujours… Tout d’abord, propulsé sur le haut de la scène electroclash grâce à « Zdarlight » (mais si vous connaissez !), ils ont ensuite remixé avec talent nombre d’artistes tel que : Tom Vek, The Presets, Munk, Sono, Cut Copy ou encore Daft Punk.

Ces sorties portaient toujours leurs pattes bien lourdes. Un son dur et gras prêt à vous réveiller à n’importe quelle heure de la nuit. J’en veux pour preuve c’est extrait aussi inédit qu’authentique d’une conversation en studio : Jens : « Dis t’es sûr que la disto est à fond ? Y a pas moyen d’en mettre une deuxième ? » et Ismail de répondre « Si si bien sûr, je m’en occupe », Jens « Ouf ! sauvé… » . C’est là que le duo arriva aux limites de leur style. J’en veux pour preuve la sortie discrète de leur remix de « Depeche - Never let me down again » qui atteint les limites du supportable tant les sons sont inaudibles. Même dans un style où les limites sont placées très loin, il semblerait que le filon s’épuise.

« Mais quand est-il de l’album ? » me direz-vous. Et bien : pas de grandes surprises… Dès la première plage, on retrouve le kick saturé doublé d’une caisse claire (tout aussi saturée je vous rassure) avec un une ligne de basse bien carrée. Arrive ensuite un break porté par une voix vocodée bouclée façon Daft Punk. La suite ne surprend guère plus, I want I want n’est autre qu’une resucée de Zdarlight – Discodrome remix doublée d’un vocal masculin désinvolte. Idealistic me fait donne une impression de déjà vu… l’écoute de Pogo confirme mes craintes : le sample de guitare utilisé est le même (ou presque) à travers tous ces morceaux (la disto étant bien évidemment différente…). Digitalism serait-ils les « Emiles et Images » de l’electroclash ? La fin de l’album (The pulse, Appollo, Echoes) fait qu’à lui beaucoup trop penser à Daft Punk.Seraient-ce les faces B d’un 4ème album caché ?

Mais que restent-ils de bon dans tout ça ? Ne boudons pas notre plaisir. Cet album renferme néanmoins quelques perles (3.4kg pièce quand même). Digitalism In Cairo propose une progression bien sentie basée sur un vieux sample de The Cure – Fire in Cairo et Jupiter Room reste toujours aussi imparable dans le genre. Tout ceci était néanmoins disponible depuis longtemps. On est donc en droit de se demander si un tel album a une raison d’être tant les nouveautés sont maigres et s’il n’est pas plutôt un prétexte pour écumer une énième fois les boîtes et autres festivals de l’été….

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)