Accueil > Musique > 2007 > Art Brut - It’s A Bit Complicated

Art Brut - It’s A Bit Complicated

dimanche 8 juillet 2007, par Marc

Bouge tes pieds comme si tes chaussures étaient trop petites


Quand il a déboulé sans crier gare en 2005, Art Brut a apporté un peu de fraîcheur au milieu d’un revival eighties trop important pour être honnête. Dans un style assez dépouillé assez proche d’un Wire première mouture, ils proposaient des paroles qui tranchaient vraiment avec l’austérité ambiante. Il est donc entré par la grande porte dans la catégorie de ces trop rares groupes anglais qu’on écoute en priorité pour les paroles.

Que fallait-il pour réussir un second album ? Garder ce qui avait plu et un peu évoluer pour ne pas lasser. Le chanteur ne sera jamais une grande voix lyrique mais heureusement le sait. Il a donc un genre de parlé chanté très typique qui le rend reconnaissable et convient en fait fort bien au ton ironique des textes. Sur cet album, les histoires d’amour sont moins immatures mais toujours aussi bien observées (People In Love). Des incapacités passagères (Rusted Guns Of Milan) du premier album, on est passés à celui qui n’a pas trop envie mais se met la pression tout seul (Jealous Guy avec You wanna sleep and I do Too/But I can’t because I got something to prove). Il se pose d’ailleurs les seules vraies questions : How many girls did I see naked ?

Ils ont voulu prendre plus d’ampleur musicalement mais sans tomber dans la mode actuelle de la démonstration de testostérone. On s’éloigne quand même de la sècheresse à la Wire de Bang Bang Rock ‘n roll pour un punk-rock sans fioritures et d’une efficacité certaine. Le style, c’est un peu eux qui le définissent sur St Pauli : Punk-rock ist nicht todt. Il s’excuse de son allemand « appris sur des 45 tours ». Sur ce It’s A Bit Complicated, il y a deux titres clairement au dessus du lot et ils constituent logiquement les singles. Direct Hit (qui contient le Move around like your shoes don’t fit) et Nag Nag Nag Nag ont en effet un côté catchy bien plus marqué. C’est d’ailleurs un des seuls reproches qu’on puisse faire, cette certaine unifromité dans les chansons non destinées à sortir en simple...

On a dit que c’était aussi et surtout d’un band anglais qu’on écoute pour les paroles. Ils le savent quand ils parlent de « Learning the lyrics from the cd inlay/To impress people with the stupid things I say”. Mais on ne leur en veut pas, on continuera quand même à citer ses paroles et une petite dose de post-punk anguleux et décalé sera toujours bienvenue.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)