Accueil > Musique > 2007 > Art Brut - It’s A Bit Complicated

Art Brut - It’s A Bit Complicated

dimanche 8 juillet 2007, par Marc

Bouge tes pieds comme si tes chaussures étaient trop petites


Quand il a déboulé sans crier gare en 2005, Art Brut a apporté un peu de fraîcheur au milieu d’un revival eighties trop important pour être honnête. Dans un style assez dépouillé assez proche d’un Wire première mouture, ils proposaient des paroles qui tranchaient vraiment avec l’austérité ambiante. Il est donc entré par la grande porte dans la catégorie de ces trop rares groupes anglais qu’on écoute en priorité pour les paroles.

Que fallait-il pour réussir un second album ? Garder ce qui avait plu et un peu évoluer pour ne pas lasser. Le chanteur ne sera jamais une grande voix lyrique mais heureusement le sait. Il a donc un genre de parlé chanté très typique qui le rend reconnaissable et convient en fait fort bien au ton ironique des textes. Sur cet album, les histoires d’amour sont moins immatures mais toujours aussi bien observées (People In Love). Des incapacités passagères (Rusted Guns Of Milan) du premier album, on est passés à celui qui n’a pas trop envie mais se met la pression tout seul (Jealous Guy avec You wanna sleep and I do Too/But I can’t because I got something to prove). Il se pose d’ailleurs les seules vraies questions : How many girls did I see naked ?

Ils ont voulu prendre plus d’ampleur musicalement mais sans tomber dans la mode actuelle de la démonstration de testostérone. On s’éloigne quand même de la sècheresse à la Wire de Bang Bang Rock ‘n roll pour un punk-rock sans fioritures et d’une efficacité certaine. Le style, c’est un peu eux qui le définissent sur St Pauli : Punk-rock ist nicht todt. Il s’excuse de son allemand « appris sur des 45 tours ». Sur ce It’s A Bit Complicated, il y a deux titres clairement au dessus du lot et ils constituent logiquement les singles. Direct Hit (qui contient le Move around like your shoes don’t fit) et Nag Nag Nag Nag ont en effet un côté catchy bien plus marqué. C’est d’ailleurs un des seuls reproches qu’on puisse faire, cette certaine unifromité dans les chansons non destinées à sortir en simple...

On a dit que c’était aussi et surtout d’un band anglais qu’on écoute pour les paroles. Ils le savent quand ils parlent de « Learning the lyrics from the cd inlay/To impress people with the stupid things I say”. Mais on ne leur en veut pas, on continuera quand même à citer ses paroles et une petite dose de post-punk anguleux et décalé sera toujours bienvenue.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)