Accueil > Musique > 2007 > Okkervil River - The Stage Names

Okkervil River - The Stage Names

jeudi 18 octobre 2007, par Marc

Les charmes de la maison-mère


Un moyen pas banal pour découvrir un groupe est le biais des side-projects de ses membres. Au commencement était donc Okkervil River, estimé par ses pairs et les connaisseurs de la chose. Puis, pour donner libre cours à leurs compositions plus calmes, ils ont créé Shearwater, et certains s’y sont sentis si biens qu’ils y sont restés. C’est donc ce dernier groupe que j’ai découvert, au hasard de leur excellent morceau My Good Deed. Et comme ils sont devenus une de mes valeurs sûres d’une musique qui prend là où ça fait du bien d’être pris par la musique, j’ai profité de l’unanimement acclamée du dernier album d’Okkervil River pour reboucher un des innombrables trous dans ma culture musicale.

Shearwater est un groupe viscéral, surtout sur le dernier Palo Alto qui est ressorti. La volonté élégiaque est moins marquée ici et c’en est presque déconcertant au premier contact. L’autre différence réside dans une électricité plus présente. Les charmes d’Okkervil River sont souvent sous-jacents, ce qui fait que l’intérêt croît avec l’attention. C’est la distinction qui s’impose après un certain temps et qui fait que cette critique parait tellement longtemps après ma découverte. Loin des démonstrations à la Sufjan Stevens ou des velléités countrysantes de Bright Eyes, la sobriété des effets se révèle plus efficace sur la longueur, ce qui fait qu’ils peuvent tout se permettre, y compris de la steel guitar et des cuivres (A Girl In Port).

Mais ne vous méprenez pas, il y a aussi des titres d’un attrait immédiat comme les remarquables A Hand To Take Hold Of The Scene ou Unless It Kicks et à part une petite baisse de régime de temps en temps, il se passe toujours quelque chose, une progression (John Allyn Smith Sails), un boogie détourné (You Can’t Hold The Hand Of A Rock ‘n Roll Man). Difficile donc de classer cette musique qui s’éloigne aussi bien du revival américana que de la sècheresse indie pure (Tapes ‘n Tapes et autres). On peut cependant le ranger si on aime l’ordre quelque part entre le premier album de The Veils pour cette capacité à jongler avec les trucs et ficelles du rock pour en faire quelque chose de nouveau et, évidemment, Shearwater.

Ecoutez. Laissez reposer, revenez-y. Et la magie ne pourra qu’opérer. Des titres qui n’avaient pas fait mouche de prime abord dévoilent toute leur évidence (Savannah Smiles). La facilité mélodique aide aussi à ne jamais rendre un morceau inutile. Et puis, l’écriture est très soignée. C’est sans doute un argument pour expliquer pourquoi ce groupe jouit en Amérique d’un statut qu’il n’a pas dans nos contrées. Petit exemple, s’ils se produisent à l’Ancienne Belgique, c’est dans la petite salle du dessus quand la grande est occupée le même jour par The National. Dur pour eux. Dur aussi pour nous qui aurions bien vu les deux.

Parfois il vaut mieux parler de la qualité d’une musique plutôt qu’essayer vainement de lui trouver sa catégorie. C’est une démarche à avoir à l’heure où des mélanges et hybridations sont tentés entre styles très stricts. Okkervil River dépasse ces clivages, moins par sa diversité que pour sa recherche de la chanson juste qui fera mouche. Et qui d’ailleurs fait mouche la plupart du temps. Finalement, il n’y a pas tant à dire d’Okkervil River. Et c’est bon signe quand on apprécie. Ce sont les chansons qui parlent. Si elles ne sont pas uniformément renversantes, elles sont clairement dans le très haut de gamme de l’écriture, de la composition et de l’interprétation. Avec en prime une classe sobre qui les rend finalement excellentes. Si les noms cités ici vous inspirent la moindre sympathie, c’est un conseil sans risque que je vous donne.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)