Accueil > Musique > 2007 > Miossec - Brest Of (Tout ça pour ça)

Miossec - Brest Of (Tout ça pour ça)

mardi 2 octobre 2007, par Marc

Elle était même pas belle, elle était même un peu conne


La partie en exergue de l’article n’est pas pour une fois une accroche en rapport direct avec le contenu de l’article ni même de l’album, mais un slogan qu’on a tant usé le sourire aux lèvres. Gageons que les plus attentifs auront complété « Et je n’ai plus la moindre idée de sa personne ». C’est que le Breton réfugié à Bruxelles a composé des chansons qui sont si inextricablement mêlées à nos existences que toute tentative d’objectivité est vouée à l’échec. C’est que ce Brest-of permet au moins de rappeler une chose : ça fait un sacré moment que Miossec est là. Et le premier titre, qui ouvre aussi le premier album sobrement (si on peut dire) intitulé Boire, est typiquement le morceau qu’on essaie d’imposer à tous et toutes, de gré ou de force.

Il n’est pas tellement courant qu’on parle de compilations ou autres best-of. C’est que relater un assemblage de titres déjà parus n’est pas exactement l’exercice le plus gratifiant. Nous allons si vous le voulez bien faire une exception pour Miossec. Etrangement, l’apposition de plusieurs morceaux, même venant d’époques et d’albums différents donne une impression d’uniformité. Il faut dire qu’on connait mieux les albums que les singles, comme pour tous les artistes qu’on apprécie.

En concert, le cabochard Brestois, c’est un peu la roulette russe. J’ai en mémoire une prestation cataclysmique à l’AB. Fort heureusement, j’avais quelques minutes auparavant découvert l’excellent Dominique A. Je ne l’ai plus revu depuis même s’il s’est confirmé que c’était un jour sans. J’en ai même la preuve formelle avec le concert qui figure sur le Dvd bonus. C’est d’ailleurs ce dernier qui est le principal motif d’achat pour tout qui est déjà familier de sa discographie.

Car il n’y a pas véritablement d’inédits, tout au plus des versions différentes. Rose par exemple est loin de mériter sa place parmi les fleurons de sa discographie. Et même en respectant la répartition par album, Désolé Pour La Poussière m’est plus cher. Donc, le choix effectué sera sujet à contestation pour ceux qui connaissent leur Miossec sur le bout des doigts. L’essentiel n’est pas là cependant et globalement, pas d’oubli notoire n’est à signaler et ce qui nous attache plus à certaines chansons qu’à d’autres est plus d’ordre biographique de toute façon. Et puis quand Je M’en Vais, La Mélancolie, 30 Ans ou Tonnerre ou Les Bières Aujourd’hui S’ouvrent Manuellement sont là, il est difficile de bouder son plaisir même si avec le recul les deux premiers albums auraient mérité une plus large représentation malgré au grâce à un côté plus rentre-dedans. Broutilles, je sais.

Certaines nouvelles versions sont de relatives déceptions. Les arrangements plus policés de La Guerre sont moins convaincants que la sécheresse originelle qui convenait mieux au propos très noir. Celle de Non, Non, Non est complètement inutile, donnant des atours qui n’ont rien à voir avec le contexte de ce cri viscéral qu’on s’est tant époumoné à hurler. Le petit violon n’y est vraiment pas à sa place. Mais comme la version originale ouvre l’album et que l’ersatz le clôture, c’est un détail. D’une manière, les nouveaux enregistrements d’anciens morceaux ne tiennent pas la comparaison. Il y en a trois, ce qui n’est pas la mer à boire non plus.

Pour ceux qui ne connaitraient l’œuvre de Miossec que par procuration, l’occasion est belle d’entendre les originaux et avoir une idée précise d’une certaine chanson française avec des vrais morceaux de personnalité dedans. Les déjà convaincus se laisseront quant à eux moins séduire par les dispensables nouvelles versions que par le Dvd bonus qui compile clips, long interview et concert complet.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Miossec - Brest Of (Tout ça pour ça) 29 avril 2008 14:41, par Sophie

    En cherchant sur le net une "vraie" critique belge de ce Brest-off, je tombe ici... Je lis... Un impression de déjà vu, de style déjà lu, déjà entendu... Jusqu’à la signature.... Evidemment, ca ne pouvait être que toi. Et tu m’as presque convaincue d’aller l’acheter, alors que j’ai horreur des best off et que j’ai peur d’être déçue, tellement j’aime les originaux... Moi je dis "chapeau bas", vraiment. Et pour cette note, et pour tout le reste : rester fidèle à ses idées malgré le temps qui passe, ne rien lâcher, faire toujours ce que l’on aime, et puis écrire aussi bien avec un diplôme pareil...
    Je reviendrai trainer par ici je pense...

    Sophie.

    repondre message

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)