Accueil > Critiques > 2007

Miossec - Brest Of (Tout ça pour ça)

mardi 2 octobre 2007, par marc

Elle était même pas belle, elle était même un peu conne


La partie en exergue de l’article n’est pas pour une fois une accroche en rapport direct avec le contenu de l’article ni même de l’album, mais un slogan qu’on a tant usé le sourire aux lèvres. Gageons que les plus attentifs auront complété « Et je n’ai plus la moindre idée de sa personne ». C’est que le Breton réfugié à Bruxelles a composé des chansons qui sont si inextricablement mêlées à nos existences que toute tentative d’objectivité est vouée à l’échec. C’est que ce Brest-of permet au moins de rappeler une chose : ça fait un sacré moment que Miossec est là. Et le premier titre, qui ouvre aussi le premier album sobrement (si on peut dire) intitulé Boire, est typiquement le morceau qu’on essaie d’imposer à tous et toutes, de gré ou de force.

Il n’est pas tellement courant qu’on parle de compilations ou autres best-of. C’est que relater un assemblage de titres déjà parus n’est pas exactement l’exercice le plus gratifiant. Nous allons si vous le voulez bien faire une exception pour Miossec. Etrangement, l’apposition de plusieurs morceaux, même venant d’époques et d’albums différents donne une impression d’uniformité. Il faut dire qu’on connait mieux les albums que les singles, comme pour tous les artistes qu’on apprécie.

En concert, le cabochard Brestois, c’est un peu la roulette russe. J’ai en mémoire une prestation cataclysmique à l’AB. Fort heureusement, j’avais quelques minutes auparavant découvert l’excellent Dominique A. Je ne l’ai plus revu depuis même s’il s’est confirmé que c’était un jour sans. J’en ai même la preuve formelle avec le concert qui figure sur le Dvd bonus. C’est d’ailleurs ce dernier qui est le principal motif d’achat pour tout qui est déjà familier de sa discographie.

Car il n’y a pas véritablement d’inédits, tout au plus des versions différentes. Rose par exemple est loin de mériter sa place parmi les fleurons de sa discographie. Et même en respectant la répartition par album, Désolé Pour La Poussière m’est plus cher. Donc, le choix effectué sera sujet à contestation pour ceux qui connaissent leur Miossec sur le bout des doigts. L’essentiel n’est pas là cependant et globalement, pas d’oubli notoire n’est à signaler et ce qui nous attache plus à certaines chansons qu’à d’autres est plus d’ordre biographique de toute façon. Et puis quand Je M’en Vais, La Mélancolie, 30 Ans ou Tonnerre ou Les Bières Aujourd’hui S’ouvrent Manuellement sont là, il est difficile de bouder son plaisir même si avec le recul les deux premiers albums auraient mérité une plus large représentation malgré au grâce à un côté plus rentre-dedans. Broutilles, je sais.

Certaines nouvelles versions sont de relatives déceptions. Les arrangements plus policés de La Guerre sont moins convaincants que la sécheresse originelle qui convenait mieux au propos très noir. Celle de Non, Non, Non est complètement inutile, donnant des atours qui n’ont rien à voir avec le contexte de ce cri viscéral qu’on s’est tant époumoné à hurler. Le petit violon n’y est vraiment pas à sa place. Mais comme la version originale ouvre l’album et que l’ersatz le clôture, c’est un détail. D’une manière, les nouveaux enregistrements d’anciens morceaux ne tiennent pas la comparaison. Il y en a trois, ce qui n’est pas la mer à boire non plus.

Pour ceux qui ne connaitraient l’œuvre de Miossec que par procuration, l’occasion est belle d’entendre les originaux et avoir une idée précise d’une certaine chanson française avec des vrais morceaux de personnalité dedans. Les déjà convaincus se laisseront quant à eux moins séduire par les dispensables nouvelles versions que par le Dvd bonus qui compile clips, long interview et concert complet.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Miossec - Brest Of (Tout ça pour ça) 29 avril 2008 14:41, par Sophie

    En cherchant sur le net une "vraie" critique belge de ce Brest-off, je tombe ici... Je lis... Un impression de déjà vu, de style déjà lu, déjà entendu... Jusqu’à la signature.... Evidemment, ca ne pouvait être que toi. Et tu m’as presque convaincue d’aller l’acheter, alors que j’ai horreur des best off et que j’ai peur d’être déçue, tellement j’aime les originaux... Moi je dis "chapeau bas", vraiment. Et pour cette note, et pour tout le reste : rester fidèle à ses idées malgré le temps qui passe, ne rien lâcher, faire toujours ce que l’on aime, et puis écrire aussi bien avec un diplôme pareil...
    Je reviendrai trainer par ici je pense...

    Sophie.

    repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)