Accueil > Musique > 2007 > The Wombats - Proudly Present A Guide To Love, Loss & Desperation

The Wombats - Proudly Present A Guide To Love, Loss & Desperation

mardi 4 décembre 2007, par Fred, Marc

Exercice de synthèse rafraichissant


On ne doit pas négliger l’impact d’un bon single dans la démarche pour se procurer un album. Dans la jungle des sorties, un titre du calibre de Let’s Dance To Joy Division se fait tout de suite remarquer. Sautillant en diable, déglingué juste comme il faut d’aspect mais solide dans son rythme, c’est un des titres qui ont accompagné notre automne.

Dès le Tales Of Girls, Boys & Marsupials, chanté comme un standard des 60’s (ou avec le kitsch assumé des Pipettes par exemple) ils nous montrent une chose : on n’est pas là pour se laisser abattre. Le chanteur à un timbre de voix et un accent en commun avec Kele Okereke. Leur album reprend d’ailleurs le son là où le gars de Liverpool (pas des Beatles hein) l’avait laissé à la fin de Silent Alarm (Kill the director). Enfin, on dirait plutôt un Bloc Party qui aurait eu un upgrade au niveau des sections de basse, celle-ci lorgnant plus du côté d’un Placebo par exemple (Moving To New York). Mais bon, selon le morceau, on trouvera ici un peu d’Arctic Monkeys, un brin de The Others, etc. Ca sent également bien la musique de pub (Let’s dance to Joy Division), ce qui ne dépare pas l’ensemble.

C’est donc un album intégrant plusieurs éléments retrouvés ça et là au cours de nos découvertes provenant des îles Britanniques. Le revival eighties semble heureusement révolu tant le son vintage semblait un gimmick. La taille du son par contre ne dégonfle pas et ce qui aurait pu sonner garage il y a peu encore prend maintenant des proportions assez conséquentes. School Uniforms, ne regrettant pas le temps de l’école (on le comprend) est dans la veine des Others, en plus sautillant. On peut même trouver du Maximo Park (Dr.Suzanne Mattox PhD) si on tend l’oreille. Les refrains plus chargés en chœurs les distinguant. Dans l’ironie qu’ils mettent au détour de plein de situations vécues, on distingue la patte anglaise qu’on retrouve par exemple chez Art Brut. Attention, le chant en est par contre vraiment un ici.

La facilité à trousser des mélodies et l’énergie déployée est exemplaire et rend l’écoute agréable. Ne me faites pas dire que tout est inoubliable, c’est même souvent le contraire, mais c’est une musique qui s’écoute sur l’instant, dont l’énergie communicative n’est pas sensée dépasser la durée de l’écoute. Quelle est dès lors l’espérance de vie de ce groupe ? Il est impossible de le dire mais s’ils arrivent à retrouver la verve de Let’s Dance To Joy Division, on en entendra reparler. Il n’y a pas que des moments d’énervement bien évidemment mais comme souvent en pareil cas, c’est moins saignant quand le tempo ralentit (Little Miss Pipedream)

Maintenant qu’on écoute plus que parcimonieusement les groupes de pop-rock venant d’Outre-manche, on est contents de s’être laissé convaincre par le biais d’un single de se plonger dans la joyeuse énergie des Wombats, synthèse détonante des groupes anglais qui ont parcouru nos colonnes ces 4 dernières années et qui nous amènent directement dans notre élément. Le son est rafraichi par un brin de folie général et des backings parfois à la limite du kitsch (par exemple sur Patricia The Stripper clin d’œil à Chris De Burgh ou suis-je le jouet d’une jeunesse musicale pas facile ?). On n’attend en général pas d’innovation de la part d’un groupe d’Albion dès lors qu’il pratique un genre aussi balisé. La différence et l’intérêt se trouvent donc dans les morceaux. Ceux de ce Proudly Present A Guide To Love, Loss And Desparation tenant la plupart du temps la route, on conclura à la mission accomplie.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)