Accueil > Musique > 2007 > Holy Fuck - LP

Holy Fuck - LP

dimanche 30 décembre 2007, par Marc

Canada Express


Il est étonnant de constater le nombre de musiciens à la pointe de ce qu’il faut encore appeler le rock qui utilisent des rythmes qu’on pourrait qualifier de tribaux. Il est encore plus surprenant de réaliser qu’ils sont presque tous passionnants. C’est que le mélange d’une musique pas toujours facile (osons le reconnaitre) et de rythmes vraiment endiablés comble à la fois le corps et l’esprit. Dans les exemples récents et sans souci d’exhaustivité, citons pêle-mêle Animal Collective, Panda Bear, Liars ou Battles, voire même les concerts de Caribou. C’est d’ailleurs dans la fougue de ce dernier que la réussite de cet album d’Holy Fuck réside.

Disons-le franchement, ce bon album n’apportera pas son lot de surprises comme ceux des groupes susmentionnés mais un bon lot de moments inspirés. C’est que la musique pratiquée par le duo de Toronto comporte une vraie pulsation, faisant penser à du Fujiya & Miyagi ayant ingéré une dose pas raisonnable de Dextro Energy. On pense aussi aux violons synthétiques des plages instrumentales de Death In Vegas (Lovely Allen), voire à du Big Beat par moments. C’est principalement instrumental, avec des brivbes de voix déformées de temps en temps.

Il faut quand même isoler certains titres vraiment réussis, de ceux qui réjouissent complètement. C’est leur intensité supérieure qui nous permet occasionnellement de proférer l’interjection qui leur sert de nom. C’est sympa d’y avoir pensé pour les critiques en mal de vanne. Citons Royal Gregory donc parmi ces moments plus inspirés. Ou encore la folie douce de safari qui les rapproche de la folie plus pure elle d’Animal Collective, voire de Battles (le glissando de basse de Choppers). Que des bonnes références donc, qui font fatalement un album cohérent, plus linéaire cependant que ses points de comparaison. Impossible dès lors de voir une véritable ressemblance, ce qui est également positif.

En apportant une touché énergique et très accessible à un genre plutôt abstrait, Holy Fuck pourra servir de porte d’accès à tout qui voudra rattraper le train des groupes les plus influents de ce monde parallèle de la musique indie. De plus, ce premier LP les envoie directement dans une catégorie indispensable, celle qui donne la pêche sans coup férir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)