Accueil > Musique > 2008 > Miss Kittin - Batbox

Miss Kittin - Batbox

jeudi 14 février 2008, par Marc, Seb

"Frenchies do it better". Ah bon…


Mais que son devenues les têtes de gondoles de l’éphémère vague electroclash ? Miss Kittin nous revient avec un projet solo sous la forme d’une boîte à chauve-souris. Curieux comme nom me direz-vous, mais non « ca sonne bien :Batbox » vous répondra-t-elle et on ne lui donnera pas tort sur ce coup-là. Tout d’abord je ne comprendrai jamais pourquoi la scène electro s’évertue à sortir des albums. Ca donne toujours l’impression d’une appréhension envers la scène actuelle, plus à la page par définition. Une sorte de volonté de viser large s’est répandue afin d’atteindre un public moins exigeant plutôt acquis grâce à une notoriété construite au fil du temps (Tiga, Digitalism, Boys Noize, etc…). Auparavant, un unique killer track sortait et on attendait avec impatience le suivant et tout le monde était content. Bref le cap de l’album electro restera toujours pour moi un exercice périlleux que peu ont réussi. Autant être franc, Miss Kittin ne passe plus le cap. La variété de I.Com était réjouissante mais en quatre ans, la fraicheur s’est un peu éventée et on aurait pu comprendre la pertinence de Batbox un an plus tard, mais plus aujourd’hui.

« Frenchies do it better » assène-t-elle sur Kittin Is High. On aimerait bien la croire mais ça sent plus la méthode Coué que le manifeste. Elle reste cependant insensible aux modes et vous ne trouverez donc pas les vumètres dans le rouge de ses compatriotes, ce qui n’est pas dommage. Il reste cependant des moments plus intéressants sur la seconde partie (Metalhead qui malheureusement se dilue plus qu’il ne rebondit). Le problème c’est la densité en morceaux au mieux anodins au pire irritants par leur pauvreté. Il ne se passe pas grand’ chose sur Barefoot Tonight. D’une manière générale, les mélodies simplistes ont plus le goût d’une détresse solitaire cafardeuse que des gimmicks d’un Franck Sinatra inspiré. Certes, on est en droit d’attendre quelque chose de différent mais le manque d’évolution force la comparaison.

Sa voix, toujours bien présente, aurait pu masquer ses imperfections discutables mais elle ne fait qu’alourdir l’ensemble malgré l’utilisation de reverb et autre disto. Au moins Tiga avait le bon goût d’avoir un bon accent anglais à défaut de chanter juste. Son accent franchouillard, souvent charmant, use un peu à la longue. La réverb’ systématique pour singer la désincarnation a trop été entendu en son chef. On ne lui demande pas de se muer en diva, certes, mais là, c’est est presque embarrassant. Surtout que le contenu littéraire n’est pas exactement le fort de la sympathique Grenobloise (Grace). Un exemple : ‘Please take a shower of silence’ sur Pollution of The Mind. Hum

Le tout est finalement très Kitsch mais ce n’est sans doute pas le but. Les emprunts vintage ne sont pas un problème en soi quand on a le talent de The Knife pour les transcender mais quand c’est du procédé on baille. Elle laisse ainsi libre cours à certains de ses penchants cold-wave (les lignes de basses de Grace), voire même poppy-new-wave quand on retrouve la simplicité, ou plutôt la naïveté des tout premiers Depeche Mode sur Play Me A Tape. Un hommage à Vince Clarke ? Dans le même ordre d’idées, Wash ‘n Dry sonne comme une version dépouillée de certains Depeche Mode plus récents, la science du son de la bande de Basildon en moins. Malgré une intro plus trancy, Pollution Of The Mind use de sons de synthés qui viennent un peu gâcher le tableau.

On doit bien constater que ce rétro-futurisme nous a laissés un peu perplexe. Certes, viser l’éclectisme est une démarche salutaire, même si bien des réussites récentes (The Field, Stephan Bodzin, Pantha du Prince) n’ont pas besoin de beaucoup varier les plaisirs pour maintenir le niveau, mais tout manque de la plus élémentaire conviction pour convaincre que la simplicité est suffisante à notre plaisir d’écoute. Enfermée dans ses gimmicks, elle n’arrive à aucun moment à se hisser au niveau de l’actuel haut du panier électro.

Article Ecrit par Marc, Seb

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)