Accueil > Musique > 2008 > Ghostland Observatory - Robotique Majestique

Ghostland Observatory - Robotique Majestique

vendredi 7 mars 2008, par Marc

Vade retro prise de tête


Un des effets secondaires d’un séjour aux Etats-Unis, c’est qu’on s’encombre d’une liste invraisemblable de groupes qui n’ont que peu, voire pas du tout d’écho ici. C’est le cas de ce duo d’Austin, Texas. Comme le genre qu’ils pratiquent, à la lisière entre du rock simpliste et de la dance simpliste est très sujet aux hype (Klaxons, Infadels, CSS… qui ont toute une palette bien plus étendue cependant), il est consolant de temps en temps de pouvoir en traiter en toute quiétude.

Tout d’abord, l’étiquette de dance-rock sera utilisée faute de mieux. Car il n’y a pas la moindre de trace de guitare ici. C’est la voix qui y fait penser. Haut-perchée, elle déconcerte de prime abord. Une voix à la « retire ton pied du mien, tu me fais mal », un peu comme cryogénisée depuis la vague de glam-métal des années ’80. Dit comme ça c’est évidemment pas très appétissant mais il faut le ranger du côté des kitscheries assumées d’un Electric Six. Le contraste est donc flagrant avec une des ‘grosses’ sorties de la semaine, à savoir Bauhaus dont la voix, certes affectée et trop proche de Bowie par moments, est d’une puissance qui déforce celle-ci.

Sur scène, c’est clairement un spectacle haut en couleur. Pas le genre nerd timide qui triture sa console. J’ai eu l’occasion de voir ça et c’est une curiosité. Un style qui veut faire bouger les gens se doit d’avoir un plumage à la hauteur, même si le ridicule est clairement au rendez-vous. Alors oui, c’est prétentieux d’un certain côté, les nappes de synthé sont tout sauf humbles, mais c’est l’euphorie qui est le seul critère de réussite. Et ici, on le rencontre au détour de plusieurs morceaux comme Freeheart Lover ou The Band Marches On. Mais il y a clairement des morceaux à skipper. Les instrumentaux manquent d’enjeu (Holy Ghost White Noise, Club Soda) par exemple et le simplisme du procédé use. Et quand c’est plus nerveux, ça devient même un peu éprouvant (HFM), loin de la maitrise d’un LCD Soundsystem dans Movement par exempke

Les conditions d’écoute sont primordiales pour apprécier ce Robotique Majestique (une tentative avortée de sonner français ?). Le volume doit être poussé à fond, toute velléité grognonne doit être absente. Volontairement basique et grandiloquent à la fois, Ghostland Observatory ne va pas révolutionner le genre assez bouché qui se situe aux frontières du rock et du dancefloor. Mais comme il n’est supporté par aucune hype, on pourra profiter de ces petites fioles pleines d’énergie même si le tout se révèle d’un simplisme pas toujours réjouissant. On rêve par exemple de leur piquer leurs bandes et de les laisser trainer chez les frères Dewael ou Trentemöller, histoire de voir jusqu’où on peut pousser ces morceaux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)