Accueil > Musique > 2008 > Portishead - Third

Portishead - Third

mercredi 21 mai 2008, par Marc, Paulo

Rendez-vous en 2020 ?


Longtemps attendu, voilà enfin le troisième album du groupe bristolien. 11 ans se sont passés depuis leur second album eponyme et tellement d’eau a coulé sous les ponts qu’ils doivent avoir l’impression de débarquer dans un autre monde musical bien loin de la vague Trip-hop qui avait le vent en poupe. On a eu le temps de découvrir énormément de choses durant ce laps de temps, ce qui attise encore la curiosité et interroge la pertinence d’un retour

Pourtant on verra que l’époque n’est pas si mal choisie, puisque la production "minimalistique" de cet album prête à discussion (toujours mieux que de passer inaperçu) et surprend un peu pour un groupe de cette notoriété et cette expérience.

La première écoute de cet album révèle un côté expérimental cold industriel (le très embalant We Carry On ou le puissant Machine Gun) avec de bons riffs de guitares, roots, bendés et mécaniques rappelant Sonic Youth.
En vocal, Beth Gibbons se surpasse moins, c’est à dire qu’elle se place plus en élément de groupe qu’en figure de proue affirmée (distinction entre groupe et carrière solo). Cela ne signifie pas qu’elle est absente mais c’est l’ensemble de la construction de l’album et des instruments qui semble éviter les carcans de la construction pop couplet refrain, peut-être une des clefs menant à la compréhension de l’album, peut-être sommes-nous même dans le post-trip-hop (^^).

Le mixage est distant et d’époque, un élément nécessaire au son Portishead, pas d’usage d’infrabasse et d’over-compression, c’est pourtant le genre de groupe à pouvoir se le permettre. C’est aussi une approche ambitieuse et réfléchie, Portishead ne s’exprime jamais mieux que sur scène, dès lors ils font de la musique offrant cette dimension sans overproductions qui nuiraient à leurs ambiences. Third est un album intéressant car les avis sont contradictoires, on dira que pour ceux qui ont été déçu par les dernières productions de Goldfrapp ou de dEUS, où l’on perd une certaine sensibilité due à une réalisation trop commerciale, Third offrira des sentiments plus authentiques et est finalement en plein de ce qui a fait les succès de cette décennie.

Certains côtés expérimentaux sont par contre limite mauvais goût ou révélateur de ce côté roots/enregistrement direct : le cut à la fin de la première plage (peut-être justifié par le titre : Silence), le clipping récurrent (Silence, Machine Gun), le signal de la mire de la télévision Magic Doors. ca surprend la première fois, mais au fur et à mesure des écoutes, ça se révèle être des éléments intéressants pour narration de l’album.

Un morceau comme The Rip aurait pu figurer sur un des deux premiers albums, mais pas avec cette guitare minimale. La voix de Beth Gibbons s’accommode de la nudité. Mais vous savez ça si vous avez écouté son album solo [Out of Season 2002].

Les incursions psychédéliques de Small évoquent le Pink Floyd de Syd Barett ou The Doors, l’implacabilité métronomique en sus.

Portishead concède avec Third un album pur, direct et âpre avec des émotions, un album actuel et non une copie d’un succès des années 90 (à l’inverse par exemple de l’album de Tracey Thorn l’année dernière). On y sent le plaisir d’un groupe, sans prise de tête et sans orgueil démesuré.

Article Ecrit par Marc, Paulo

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)