Accueil > Musique > 2008 > EZ3KIEL - Battle Field

EZ3KIEL - Battle Field

mardi 4 novembre 2008, par Paulo

du solide


Voilà un album à la croisée de divers styles musicaux, "pour changer" dirons les blasés. Laisse-moi donc développer l’ami ! un peu de mythologie judéo-chrétienne d’une part, un peu d’hagiographie cinématographique française avec des références à la "belle" époque des tontons flingueurs (Volfoni’s Revenge), du corbeau à hanter des cathédrales gothiques... Ez3kiel, sans aucun doute, maitrise la technique du contenu et des références.

De même pas facile de les suivre, j’ai découvert ce dernier album dans un rayon "trip-hop" au Virgin Megastore des Champs-Elysées...
Petite parenthèse d’ailleurs, voilà un truc fascinant, l’arrangement des rayons musicaux. on peut y vivre l’expansion-contraction des différents rayons, comme des poumons gonflant en fonction des modes. - C’est beau ! - Bref, ce jour-là le rayon trip-hop me faisait un peu pitié : comment cette mouvance 90s existait-elle encore ? un rayon maigrichon d’1 m de large... avec Ez3kiel dedans. La première écoute au Virgin (quand ça marche) m’a intéressé par des sonorités électroniques recherchées. Mais au final j’ai un peu de mal à à qualifier cet album de Trip-hop...

La plupart des morceaux sont appelés à évoluer dans des atmosphères souvent obscures et oppressantes, tout à fait à l’image du corbeau qui orne la pochette. C’est ce qui donne ce côté gothique sans jamais tomber dans la caricature tout de même, on louche vers un gothique alternatif à la saucé de world music, ou encore, plus vers un Ninch Inch Nails plutôt que vers un Evanescence.

Volfoni’s revenge, grand nom de personnage de la cinématographie française, mélange un peu toutes les ambiances pour finir en une ambiance très intense avec un brin de folie jazzy.

Dans Spit On The Ashes, la folie répétitive dans le chant rappelle un peu In A Bar Under The Sea de dEUS, ce qui avec un peu de recul est à mon avis un très grand compliment. The Wedding, quant à lui, possède des airs de dramaturgie à la morricone. Le côté tr(h)ip-hop, on le trouve peut-être sur Alignment qui me rappelle le très bon album de Terranova (Close The Door).

Un album très variable donc et comme pour le prouver à nouveau, on passe d’un ambient Lull à un trash Firedamp comme pour récupérer tous les clichés du genre qui n’ont pas été utilisé sur les morceaux précédents.

En conclusion, dur, sombre à la première écoute mais dans la persévérance, cet album a beaucoup à offrir, un peu trop rococo à mon goût mais cela reste une intéressante découverte. Notons également que, pour les avoir vu à Dour, les membres d’Ezekiel sont très convaincants en concerts, un vrai champs de bataille (ahah).

une petite écoute ? http://www.myspace.com/ez3kielmyspace

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • EZ3KIEL - Battle Field 5 novembre 2008 10:58, par Mathusalem

    "Rococo", Voila, je cherchais le mot depuis juillet !
    C’est vrai qu’en plus d’une puissance musicale et mélodique certaine, régnait à Dour une atmosphère étrange, pas malsaine, mais pas primesautière non plus... Et cette projection de mécanisme d’horlogerie synchronisé aux tambours avait des relents très lointainement "Nineinchnailesques"...(Bon, c’était pas "Happiness In Slavery" non plus hein ?)...C’est du moins le ressenti que j’en ai eu.
    Dans un contexte pareil, écrire un titre dédié à deux Audiardesques ahuris proxénètes cultissimes... Fallait oser aussi...Dérision ? Choc assumé d’intérêts culturels...Différents ?
    Rococo est effectivement un bon terme...Ce qui n’enlève absolument rien aux qualités musicales, entendons nous bien...

    Voir en ligne : http://radiolibre.be/

    repondre message

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)

  • Deer - There’s No Future

    Comme vous êtes des fidèles d’entre les fidèles, vous vous souvenez qu’on vous a déjà parlé de ce duo mexicain installé à Hong-Kong. Lequel avait d’ailleurs eu un prolongement sous forme de remixes. On aime prendre la mesure de l’évolution des artistes et elle est patente ici. On n’attendait pas monts et merveilles de leur premier essai long et la surprise a été plutôt bonne.
    There’s No Future se veut plus apocalyptique que son titre punk le laisserait supposer. Cela dit, ça claque, la voix est bien (...)

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les résultats les plus touchants ou les plus décalés, selon l’intention.
    The Berg Sans Nipple – Build (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante au dedans. Le genre de musique qui parvient à être aussi limpide que le cristal tout en présentant la (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • Maximum Balloon - Maximum Balloon

    Renard des surfaces
    Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où s’arrête sa griffe unique et si elle explique, seule, la réussite de ses projets participatifs ? Faut-il (...)

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont le plus brillant reste vraisemblablement son groupe phare Evangelista. Une plateforme pour ses envies de (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, l’énigmatique groupe anglais a su faire le buzz avec une stratégie marketing vieille comme Mylène Farmer : le (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction Tell The Bitch To Go Home qui sonne assez garage., tout en ajoutant suffisamment de bruit pour qu’on (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la (...)