Accueil > Musique > 2003 > Muse : Absolution

Muse : Absolution

mardi 8 août 2006, par Marc


Le troisième album est depuis toujours considéré comme un moment de vérité ; les groupes s’étant imposés commercialement et artistiquement sur leur deux premiers opus se doivent de confirmer, de décider de leur orientation tout en se montrant à la hauteur des attentes. Qui peuvent être énormes et déçues (Oasis). Ouvrage dangereux donc que celui-ci. car les deux premiers albums de Muse (Showbiz et The origin of symmetry - oublions pour ce propos Hullabaloo, composé de lives et raretés) avaient beaucoup plu et c’est peu dire que l’attente était grande, dopée par deux années entières de prestations scéniques à couper le souffle (nous eûmes le souffle coupé, un après-midi de juin 2001 sur le site de Werchter).

Alors, quoi ? Et bien, il faut l’avouer, nous ne sommes pas déçus (je parle en mon nom, je sais qu’il en est des grincheux qui ne sont pas du même avis). Si plus d’une écoute s’impose, force est de constater que Muse est très haut dans le firmament du rock actuel (et bien seul, depuis que les Smashing pumpkins ont jeté le gant) par la profondeur de ses compositions tout d’abord. Du crescendo de Butterflies and Hurricanes (pièce montée désarticulée et prenante dès la première mesure, comme quand grâce à je ne sais quoi on sait d’instinct distinguer la brise du soir de la tempête qui couve) à la douceur de Blackout en passant par la furie de Tsp, tout le spectre des ambiances est représenté. Par la force de l’interprétation ensuite. Il émane d’une fureur rentrée (le single Time is running out), comme un tigre aux griffes limées. Mais pas fatigué, encore prêt à rugir, à blesser tout qui le prendrait pour une peluche. Les arrangements sans faille de Blackout sont somptueux et les guitares crachent des sons insensés. Si d’aucuns trouvent ça trop aseptisé, il faut reconnaître que beaucoup de cette force est rentrée, mais présente, et ce n’est pas une écoute distraite qui pourra déceler dans cet exemple majeur de ce qui se fait de mieux de nos jours. Muse quitte les bancs des bons espoirs et rejoint les tous grands. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)