Accueil > Musique > 2008 > Conor Oberst - Conor Oberst

Conor Oberst - Conor Oberst

lundi 25 août 2008, par Marc

Eloge de la fuite


Il est sans doute facile de citer l’ouvrage de Guy Laborit en « chapeau », mais le contexte de l’album s’y prête. Pour ceux qui ne viendraient qu’occasionnellement nous rendre visite, Conor Oberst est le leader-auteur-compositeur-chanteur-guitariste de Bright Eyes. Pourquoi tenter l’échappée dès lors qu’il avait complètement la main sur son groupe de base ? Sans doute pour se sentir plus libre, même si les publics sont sensiblement les mêmes. Après Cassadaga qui, à part quelques moments plus bluegrass ou vraiment intimistes qui marchaient, proposait surtout des slows un peu mièvres, des mid-tempos pas toujours à la hauteur et qui marquait un temps d’arrêt, il retrouve un peu de liberté et de souffle. Et c’est logiquement dans le champ lexical du voyage (de la fuite ?) qu’il l’exprime. Certes, il ne faut pas tomber dans une exégèse exhaustive pour déduire ça, mais l’impression est assez prégnante.

On le retrouve aussi bien sur NYC-Gone Gone que dans ce manifeste trouvé au détour de Moab : There’s nothing that the road cannot heal. Et il se termine par un poignant Milk Thistle qui peut s’interpréter comme une envie de départ de la vie tout court : If I go to heaven/I’ll be bored as hell/like a baby/In the bottom of a well.

Musicalement, il faut évidemment passer en mode américain (Sausalito n’est quand même pas formidable). C’est que la country là-bas est un monde parallèle en soi. Mais on n’est pas dans la geignardise de la country mainstream qui se vend par paquets de mille. Il y a un terme pour cette variété de l’indie rock : alt.country. C’est d’ailleurs quand le style est ultra rabâché que la singularité de son chant ressort le mieux (I Don’t Wanna Die in a Hospital). Danny Callahan est comme ça, mélodiquement très accessible mais un peu fade. Mais le meilleur n’est pas là. Il redevient encore plus sobre par moments et c’est dans un état de grâce qu’on reçoit la charge de The Lenders in The Temple. Et c’est dans ces moments-là, le temps d’un Milk Thistle par exemple, qu’on se souvient que Conor Oberst est l’auteur de quelques unes des plus grandes chansons de notre temps. Si vous avez succombé à The First Day Of My Life, ou I Believe in Symmetry, il y a fort à parier que ces souvenirs forcément forts reviennent le temps de l’impeccable morceau de clôture de cet album.

Au total, Conor Oberst nous sort un album bien agréable, entre légèreté et profondeur. Ce petit pas de côté lui a fait du bien et les fans seront moins déconcertés que par, disons, Digital Ashes for a Digital Urn, mais en allant vers plus de simplicité, le finalement toujours jeune Conor Oberst prouve à ceux qui en doutaient encore qu’il peut nous valoir de grandes choses.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)