Accueil > Musique > 2008 > Ra Ra Riot - The Rhumb Line

Ra Ra Riot - The Rhumb Line

mercredi 20 août 2008, par Marc

Mourir c’est pas cool


Le comportement consistant à dire dès le premier album que c’était mieux avant m’a toujours laissé perplexe. Certes, c’est souvent sur la foi d’EP’s prometteurs que de jeunes groupes suscitent des espoirs mais déjà s’en lasser quand la majorité découvre un groupe, j’ai toujours trouvé ça une attitude snob. Le cas qui nous occupe ne va pourtant pas me faire tomber de l’autre côté de la barrière. Mais il faut se rendre à l’évidence, le morceau qui m’avait fait découvrir le groupe reste le meilleur de l’album. Il faut quand même préciser que la gestation de cet album n’est pas banale. Car si ce groupe est précédé d’une réputation flatteuse, c’est sur foi de ses prestations live plus que du seul EP qu’il a sorti. Il faut dire aussi que le sort s’est acharné sur eux puisqu’un de leurs membres John Ryan Pike a été retrouvé mort en juin 2007. On retrouve un peu de cette trace douloureuse ici, même si jamais l’ambiance n’en sort plombée.

La musique électronique n’est jamais plus à son avantage que sur le format EP. Il en va sans doute de même pour la pop, même savamment orchestrée comme ici. En effet, combien de groupes faisant dans une certaine légèreté arrivent à enflammer quelques titres sans pouvoir tenir toute un Lp durant ? Les exceptions comme Vampire Weekend sont fort rares. C’est à méditer à l’heure où trop d’albums encombrent nos oreilles et où les nouveaux modes de diffusion et d’écoute, de myspace à l’ipod imposent une culture du zapping. Ceci dit, on ne trouve pas le temps long à l’écoute de ce The Rhumb Line qui possède une vraie unité, une vraie personnalité.

Dying is Fine
reste donc le produit d’appel de ce Rhumb Line. Et c’est mérité. C’est qu’il comporte des variations, montées, descentes, passages instrumentaux qui le rendent vraiment irrésistibles. C’est pourtant la plus compacte des versions disponibles (EP, session Daytrotter par exemple) et elle va à l’essentiel. Il faut maintenant le dire, peu de titres se hissent à sa hauteur (hors de portée ?). Le premier morceau est quand même très engageant (Ghost Under Rocks), avec une ampleur qu’on espérait, un refrain solidement souligné. Jolie, la musique de Ra Ra Riot se montre trop proche de groupes qui nous ont enthousiasmé (My Latest Novel, une poignée Canadiens tels que The Rural Alberta Advantage ou New Pornographers) pour que leur légèreté et surtout leur linéarité ne soit pas un handicap. Les violons accompagnent plus qu’ils ne mènent. Au détriment d’une certaine limpidité.

Mignonne tout plein mais sans doute servie à trop autre dose, la musique de Ra Ra Riot satisfera ceux qui ont succombé au toujours formidable Dying is Fine mais ne se hisse que trop rarement à ce niveau d’excellence même si une écoute parcimonieuse diminue le phénomène. Complètement dénuée de faute de goût, elle reste trop uniforme dans ses tournures pour prétendre au sans faute.

Et pour vous féliciter d’être arrivés, jusqu’ici, un mp3 de Dying is Fine est disponible sur le site de leur maison de disque Barsuk Records

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)