Accueil > Musique > 2008 > Mogwai - The Hawk is Howling

Mogwai - The Hawk is Howling

mercredi 1er octobre 2008, par Marc


Bon, je vais arrêter de dire que je parle de groupes que je ne connais pas bien, vous allez vous demander ce que je fais là, à force…Donc, exceptionnellement, je ne me plaindrai pas de n’en pas toucher une en post-rock. Parce que c’est de moins en moins le cas d’abord et puis l’excès, même d’humilité, nuit en tout.

Le contact avec l’album, comme d’habitude, commence avec la pochette. Celle-ci est incongrue et n’est pas sans rappeler l’étonnante image du vinyle de This Will Destroy You, qui était du plus pur style t-shirt-Johnny-du-marché ou husky à l’aérographe. C’est un peu inhabituel et c’est évidemment voulu.

L’album commence par des claviers sur I’m Jim Morrisson, I’m Dead, comme la progression d’Auto Rock qui ouvrait leur précédent opus et magnifiait un moment du Miami Vice de Michael Mann. Et puis, comme pour répondre au Glasgow Mega-Snake de Mr Beast, il y a le très burné Batcat (seul survivant de l’EP du même nom sorti en éclaireur) dans la foulée. J’imagine que c’est volontaire mais c’est déconcertant de similitude. Ils veulent sans doute insister sur le fait qu’ils comptent abandonner le classique quiet-loud-quiet de leurs toujours excellents précédents albums. Maintenant, les changements se feront d’un morceau à l’autre, plus au sein d’une même structure. Fort bien, pourquoi pas, mais cela entraine une certaine dilution du propos.

Ce qui ne pose pas de problème dans leurs moments forts comme les répétitions qui font leur petit effet comme celle de The Sun Smells Too Loud. On voit alors toute leur capacité à créer une accumulation complexe mais digeste, et l’impression de lancinance qui en résulte est assez pénétrante. Même dans les morceaux uniformément lents, ils peuvent insidieusement, à l’insu de l’auditeur presque, faire monter la sauce. Les brouillards de guitare modulés à la wawah de Scotland’s Shame sont en tous cas de grands moments. Surtout qu’il succède à la plus grosse montée en intensité de l’album sur I Love You, I’m Going to Blow Up Your School et c’est là-dedans qu’il faudra rechercher les meilleurs moments.

L’anticipation et la surprise des moments dramatiques sont les deux plaisirs complémentaires de l’auditeur. Et la lente progression du bien nommé Precipice final installe petit à petit tous les ingrédients d’une tension dont on attend la résolution. Mais malheureusement, sur la longueur, on se prend à ne pas se passionner pour un Kings Meadow trop linéaire. C’est plus de l’ambient à la guitare électrique et c’est, disons, un peu ennuyeux. C’est évidemment sur l’ambiance, les textures sonores que leur maitrise se voit le plus. Mais quand elle est au service de morceaux un peu complaisants et pas passionnants (Local Authority), on attend en vain la flamme.

Car il faut être juste. Cette musique n’est pas adaptée à notre époque ipodisée. Parce que pour s’apprécier, ça s’écoute fort. Voire même très fort, selon la tolérance de vos contemporains de proximité. De plus, l’agencement des morceaux est étudié pour une écoute intégrale, pas pour que tout leur univers soit défloré en un morceau. Voilà un conseil d’écoute. Par exemple, un Thank You Space Expert (cet art des titres intrigants) est aussi difficile à sortir de son contexte d’album.

En tous les cas, le non-spécialiste mais amateur que je suis s’est occasionnellement un peu ennuyé à l’écoute de ce rock bien fait, langoureux quand il faut, qui fera sans doute remuer des têtes en cadence (lente) mais les trop grosses ficelles d’Explosions in The Sky m’ont plus permis de réaliser que j’étais encore en vie. Mais peut-on décemment se plaindre d’un album agréable à l’écoute ? Les spécialistes du post-rock ont sans doute leurs adresses et celle-ci n’en est sans doute pas une. Mais pour le néophyte que je suis de moins en moins, ce Mogwai-ci est trop peu viscéral pour vraiment faire succomber. Certes, il reste des moments de bravoure, des moments qui valent l’écoute de ce Hawk is Howling, et leur sens mélodique ainsi que leur maitrise ne sont jamais prises en défaut, mais cette belle ouvrage m’a trop peu inspiré de passion. Là n’est pas le but recherché sans doute et cette ampleur fait toujours plaisir à entendre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)