Accueil > Critiques > 2008

Abe Vigoda - Skeleton

mercredi 17 septembre 2008, par marc

Punk tropical. Sisi


La vie d’un groupe qui se lance de nos jours ne doit pas être facile. Plusieurs problèmes se poseraient. Tout d’abord le genre pratiqué est libre, et toutes les boutures ou presque ont été tentées. Donc pas facile de trouver la combinaison intéressante. Ces Californiens ont quant à eux décidé de mélanger sons caribéens (ou afros parfois) et fureur. Ensuite, à l’heure du référencement par myspace, les noms se doivent d’être uniques. Un rapide coup d’œil à la liste des groupes critiqués ici vous fera réaliser à quelles extrémités certains en sont réduits. C’est le nom d’un acteur décédé qui fait ici office. Et ça sonne plutôt bien si vous voulez mon avis.

Ainsi, je vous ai promis du punk tropical. Punk n’est pas à prendre dans l’acception la plus littérale du terme (one-two-three-four) bien entendu, mais une fois retiré les velléités ensoleillées, les titres sont bruts, bruyants, brouillons aussi, et surtout énergiques. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre cette composante. Ce sont aussi des morceaux qui jouent plus sur la mélopée, donc qui évoquent immanquablement El Guincho. D’ailleurs, ça m’effraie un peu toutes ces références circulaires sur ce site. On compare en rond, non ? Mais d’un autre côté, c’est assez cohérent. Et puis si vous avez été attentifs, je peux aussi parler des deux énervés de No Age qui ont eu aussi dépoussiéré des genres comme le shoegaze en y mettant leur ardeur juvénile. Comme si les petits frères d’Animal Collective répétaient dans la cave avec des guitares, poursuivant l’introduction de des rythmes afros dans une indie pop qui n’en demandait pas tant. Vampire Weekend avait remis ça au goût du jour et puis d’autres avaient un peu anticipé la tendance.

Evidemment, parfois c’est bordélique à la limite du tolérable (certains passages de World Heart). C’est que la combinaison guitares aigües/groove qui martèle/lancinance/fureur n’est pas le cocktail le plus doux à l’oreille a priori. Mais fort heureusement, parfois on est attirés tout de suite par un Animal Ghosts.

Note au jeune groupe du départ : une bonne manière de se faire répertorier arty est l’indispensable présence d’instrumentaux évidemment. C’est Visi Rings qui s’y colle ici et une pulsation sourde, organique presque, surgit du son concassé de Whatever Forever.

Il faut s’attendre à deux effets à l’écoute de ce Skeleton : une bonne dose de bonne humeur et un solide mal de crane. Car si vous dépassez la dose prescrite, cet effet secondaire est à prévoir. A vous d’adapter votre consommation parce que ce serait dommage de passer à côté d’une des plus improbables hybridations de cette époque ou le concept même de tabou musical est proscrit. Ca va pogoter dans les cases.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Izzy and The Black Trees - Come On Test The System (EP)

    Notre groupe polonais préféré est de retour et il n’a rien perdu de ses qualités. Pourquoi on apprécie tant ce groupe dans un genre (le rock à guitares) qu’on écoute finalement peu ? Sans doute la propension à exploser quand il faut et rentrer les griffes pour un effet maximal.
    Et puis surtout il y a la présence vocale d’Izabela "Izzy" Rekowska, et puis cette flexibilité qui va de l’indispensable (...)

  • CxK - Castèls dins la luna

    Si le rock en français apparaît déjà comme incongru à certains, il y a des formations qui poussent encore plus loin le curseur, s’exprimant dans des idiomes régionaux. Après le gallois de Gwenno ou le basque d’Orbel, voici l’occitan de CxK. Partant du principe que seule une infime minorité du public potentiel sera à même de comprendre le propos, on va s’attarder sur la musique.
    Et cet aspect-là est une (...)

  • Pamplemousse – Think of It

    Quoi de plus trompeur qu’un nom de groupe et une provenance ? Pamplemousse est un duo qui vient de la réunion mais ce que vous entendez sur ce second album n’est pas très ensoleillé. Par contre, le label A Tant Rêver du Roi a plus de références dans le son râpeux et/ou aventureux (La Jungle, Kitch, Dewaere, Cosse, Coddiwomple, Pyjamarama...) et c’est par ce biais-là qu’on peut faire la connaissance du (...)

  • Izzy and The Black Trees - Revolution Comes in Waves

    Si la Pologne ne nous évoquait pas nécessairement de frissons musicaux, la découverte d’Izzy and The Black Trees avait changé la donne. On avait en effet décelé sur le premier album le haut patronage de Patti Smith ou PJ Harvey et on avait tout de suite apprécié. Ce second album ne fait que confirmer les belles dispositions, avec un virage vers une tension post-punk qui ne pourra pas déplaire, au (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)