Accueil > Musique > Concerts > Under Byen, Ancienne Belgique, 02/10/2008

Under Byen, Ancienne Belgique, 02/10/2008

dimanche 5 octobre 2008, par Marc

La chaleur des fjords


Un jour on veut vérifier comment sonne en vrai un groupe qui reste dans l’oreille. C’était Au Revoir Simone. Et puis on découvre dans la foulée Frida Hyvönen et under Byen. Il y a des soirs comme ça. Comme le groupe danois passait par notre riante capitale ce jeudi, j’ai voulu revoir ce groupe.

Je n’ai entendu que les deux derniers morceaux de finn. Tout seul avec trois micros, une guitare et des pédales pour faire des boucles, c’était frais et sympa. Mais les choses sérieuses commencent avec Yuko. Le quatuor d’origine gantoise (apparemment) distille un post-rock parfois chanté, très mélodique et qui bénéficie d’une batteuse à la frappe plutôt légère. C’est très digeste et à rattraper sur album tant le souvenir qui m’en reste en est bon. On est toujours content de faire de telles découvertes.

Déboulent alors les huit membres du collectif danois. Et ça part très fort, avec un Den her sang handler om at få det bedste ud af det (oui, je maîtrise le danois, un vrai bonheur…) qui n’est pas loin d’être leur meilleur morceau. L’ambiance s’installe pour le public qui ne remplit pourtant pas l’AB Box, la grande salle avec des jolies loupiotes du plus bel effet à la place des balcons. On a la le meilleur des huit musiciens, ce qui sera confirmé un peu plus tard avec Af samme Stof som Stof qui ne peut nier une certaine ressemblance avec Björk (Hunter, ce genre) dû au suggestif chuchotement de Henriette Sennenvaldt. Pour le reste, le propos est un peu décousu. Les deux batteries ne sont pas complètement exploitées, ça pourrait cogner plus que ça. Et puis il y a deux façons de faire mal aux oreilles avec une scie. La méthode Van Gogh que je ne pourrais trop vous déconseiller et celle d’Under Byen qui l’exploite à des fins bruitistes qui déforcent le presque industriel Film og omvendt. Qu’on ne s’y trompe pas, ce groupe a une homogénéité jamais prise en défaut et son répertoire compte des moments de bravoure. Mais j’avoue m’être occasionnellement perdu en chemin. Et puis, au contraire de la chaleur scénique d’Efterklang vu récemment, ils n’auront pas articulé la moindre syllabe en direction du public.

Under Byen a un répertoire qui s’étoffe, une aura de mystère et une maitrise indéniable. Mais j’ai pu déplorer quelques longueurs entre les moments où ils se surpassent (dans le cotonneux morceau final par exemple).

(les photos illustrant cet article ont été prises à une autre occasion, les appareils n’étant pas les bienvenus à l’AB)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)