Accueil > Critiques > 2008

Paul Kalkbrenner - Berlin Calling (B.O.)

mardi 21 octobre 2008, par Seb

L’appel des sirènes...


Artiste très connu sur la scène Berlinoise et au-delà, Paul Kalkbrenner délivre son album à l’occasion de la sortie du film Berlin Calling. Loin de moi l’idée de critiquer un film que je n’ai pas vu mais la lecture du synopsis permet de mieux entrer dans cet univers particulier. Il y incarne son propre rôle de DJ qui voyage aux quatre coins du globe jusqu’au jour où il termine à l’hôpital après quelques excès chimiques.

Les premiers sentiments qui viennent à l’esprit sont quiétude voir mélancolie ou solitude. La première partie de l’album est composée de morceaux lents, calmes mais très atmosphériques, normal pour une BO me direz-vous. Malgré le côté répétitif et les évolutions tenues, on ne peut s’empêcher de se laisser embarquer dans un voyage très prenant avec Aaron, Queer Fellow ou Azure. Tout ceci invite à la méditation. Ces morceaux sont très équilibrés, tout en retenue. L’assemblage de petites atmosphères faites de rien fonctionne à merveille.

La famille n’est pas oubliée puisque le frère Fritz collaborant sur l’hymne du film Sky and Sand apporte une transition en douceur vers une ambiance plus dancefloor, mais de début de soirée.

L’heure avance et le beat se fait plus marqué avec des sons plus gros, typé rave. Armé de percussions plus tranchantes, le son se devient alors techno, les mélodies se raréfient mais le tempo reste maîtrisé (Altes Kamuffel, Torded ou Moob) . Sascha Funke renforce cet opus avec Mango (titre phare de l’album du même nom). A découvrir de toute urgence si vous étiez passé à côté. Ce morceau est à classer dans la même catégorie que ceux qui ouvre l’album.

La suite est un enchaînement d’ambiances plus accessible mais sans pour autant se ressembler et c’est bien là la force de cet album. Certains tracks sont nouveaux, spécialement écrits pour le film et il suffit de fermer les yeux pour voir apparaître les images. D’autres morceaux existaient déjà mais ont été revisités pour l’occasion. Ce voyage se termine en terre connue avec l’indémodable Gebrunn Gebrunn.

L’écurie BPitch nous propose à nouveau une très belle pièce qui ravira les amateurs du genre mais aussi ceux qui prennent le temps de s’y plonger.

La Trailer du film avec Gebrunn Gebrunn en fond

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)

  • Sébastien Guérive - Obscure Clarity

    On avait déjà croisé le chemin de Sébastien Guérive, apprécié cette sculpture sur son qui dégage une majesté certaine mais sans grandiloquence. Cet album ne fait que confirmer et appuyer cette impression.
    C’est le mélange d’organique et d’électronique qui est la plus grande réussite, ce qui permet à la fois de ménager l’émotion et de garantir une pulsation basse, cardiaque qui n’est pas un ajout de beats a (...)

  • Akira Kosemura - Rudy (Original Music)

    Il est toujours difficile exercice de commenter des musiques de film sans voir le film ou la série dont il est question. Pourtant, le compositeur japonais Akira Kosemura a toujours su nous proposer des albums qui tenaient tout seuls sans le support visuel. Et c’est une gageure parce que la base de sa musique est le piano solo.
    Mais ce qui se confirme au long de ces 31 courtes pièces, c’est le (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une (...)