Accueil du site > Musique > 2008 > Paul Kalkbrenner - Berlin Calling (B.O.)

Paul Kalkbrenner - Berlin Calling (B.O.)

mardi 21 octobre 2008, par Seb

L’appel des sirènes...


Artiste très connu sur la scène Berlinoise et au-delà, Paul Kalkbrenner délivre son album à l’occasion de la sortie du film Berlin Calling. Loin de moi l’idée de critiquer un film que je n’ai pas vu mais la lecture du synopsis permet de mieux entrer dans cet univers particulier. Il y incarne son propre rôle de DJ qui voyage aux quatre coins du globe jusqu’au jour où il termine à l’hôpital après quelques excès chimiques.

Les premiers sentiments qui viennent à l’esprit sont quiétude voir mélancolie ou solitude. La première partie de l’album est composée de morceaux lents, calmes mais très atmosphériques, normal pour une BO me direz-vous. Malgré le côté répétitif et les évolutions tenues, on ne peut s’empêcher de se laisser embarquer dans un voyage très prenant avec Aaron, Queer Fellow ou Azure. Tout ceci invite à la méditation. Ces morceaux sont très équilibrés, tout en retenue. L’assemblage de petites atmosphères faites de rien fonctionne à merveille.

La famille n’est pas oubliée puisque le frère Fritz collaborant sur l’hymne du film Sky and Sand apporte une transition en douceur vers une ambiance plus dancefloor, mais de début de soirée.

L’heure avance et le beat se fait plus marqué avec des sons plus gros, typé rave. Armé de percussions plus tranchantes, le son se devient alors techno, les mélodies se raréfient mais le tempo reste maîtrisé (Altes Kamuffel, Torded ou Moob) . Sascha Funke renforce cet opus avec Mango (titre phare de l’album du même nom). A découvrir de toute urgence si vous étiez passé à côté. Ce morceau est à classer dans la même catégorie que ceux qui ouvre l’album.

La suite est un enchaînement d’ambiances plus accessible mais sans pour autant se ressembler et c’est bien là la force de cet album. Certains tracks sont nouveaux, spécialement écrits pour le film et il suffit de fermer les yeux pour voir apparaître les images. D’autres morceaux existaient déjà mais ont été revisités pour l’occasion. Ce voyage se termine en terre connue avec l’indémodable Gebrunn Gebrunn.

L’écurie BPitch nous propose à nouveau une très belle pièce qui ravira les amateurs du genre mais aussi ceux qui prennent le temps de s’y plonger.

La Trailer du film avec Gebrunn Gebrunn en fond

Article écrit par Seb

Share on Facebook

Répondre à cet article

2 Messages de forum

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0