Accueil > Musique > 2008 > Paul Kalkbrenner - Berlin Calling (B.O.)

Paul Kalkbrenner - Berlin Calling (B.O.)

mardi 21 octobre 2008, par Seb

L’appel des sirènes...


Artiste très connu sur la scène Berlinoise et au-delà, Paul Kalkbrenner délivre son album à l’occasion de la sortie du film Berlin Calling. Loin de moi l’idée de critiquer un film que je n’ai pas vu mais la lecture du synopsis permet de mieux entrer dans cet univers particulier. Il y incarne son propre rôle de DJ qui voyage aux quatre coins du globe jusqu’au jour où il termine à l’hôpital après quelques excès chimiques.

Les premiers sentiments qui viennent à l’esprit sont quiétude voir mélancolie ou solitude. La première partie de l’album est composée de morceaux lents, calmes mais très atmosphériques, normal pour une BO me direz-vous. Malgré le côté répétitif et les évolutions tenues, on ne peut s’empêcher de se laisser embarquer dans un voyage très prenant avec Aaron, Queer Fellow ou Azure. Tout ceci invite à la méditation. Ces morceaux sont très équilibrés, tout en retenue. L’assemblage de petites atmosphères faites de rien fonctionne à merveille.

La famille n’est pas oubliée puisque le frère Fritz collaborant sur l’hymne du film Sky and Sand apporte une transition en douceur vers une ambiance plus dancefloor, mais de début de soirée.

L’heure avance et le beat se fait plus marqué avec des sons plus gros, typé rave. Armé de percussions plus tranchantes, le son se devient alors techno, les mélodies se raréfient mais le tempo reste maîtrisé (Altes Kamuffel, Torded ou Moob) . Sascha Funke renforce cet opus avec Mango (titre phare de l’album du même nom). A découvrir de toute urgence si vous étiez passé à côté. Ce morceau est à classer dans la même catégorie que ceux qui ouvre l’album.

La suite est un enchaînement d’ambiances plus accessible mais sans pour autant se ressembler et c’est bien là la force de cet album. Certains tracks sont nouveaux, spécialement écrits pour le film et il suffit de fermer les yeux pour voir apparaître les images. D’autres morceaux existaient déjà mais ont été revisités pour l’occasion. Ce voyage se termine en terre connue avec l’indémodable Gebrunn Gebrunn.

L’écurie BPitch nous propose à nouveau une très belle pièce qui ravira les amateurs du genre mais aussi ceux qui prennent le temps de s’y plonger.

La Trailer du film avec Gebrunn Gebrunn en fond

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une déclamation illustrée (on ne vous en aurait sans doute pas parlé...) mais un vrai album court qui distille (...)

  • Abraham Fogg - Blåkulla

    On termine souvent la critique d’un EP en souhaitant en entendre plus. Vu que les deux morceaux qu’on connaissait d’Abraham Fogg étaient vraiment enthousiasmants, il va de soi qu’on s’est jeté sur ce premier album avec convoitise. On retrouve ces deux morceaux ici, gage de continuité et de revenez-y.
    Il est à noter que dans les éléments fournis avec l’album ce sont surtout les prix pour les courts-métrages qui sont mis en avant. Il est souvent plus compliqué d’appréhender les projets dont la musique (...)

  • Akira Kosemura - True Mothers (Original Motion Picture Soundtrack)

    C’est récemment qu’on a entendu parler du compositeur japonais Akira Kosemura, pour la musique d’une série inédite chez nous qui nous avait bien plu. Comme souvent dans cet exercice, on va se borner à parler de cette musique hors de son contexte cinématographique, comme une oeuvre indépendante qu’elle n’est pas.
    On le retrouve donc très vite pour la musique d’un film dont on n’a pas entendu parler mais qui est labellisé ‘Cannes 2020’, étrange marque d’un festival qui n’a pas eu lieu. La réalisatrice (...)

  • I Like Trains - A Divorce Before Marriage

    Les reportages sur les groupes de rock font souvent état de leur gloire, de longues tournées, des fans. Il semble que ce ne soit pas le cas pour A Divorce Before Marriage (que je n’ai pas vu) puisqu’il semble s’attarder sur la vie quotidienne de ceux qui ne sont pas des stars. Ça partait pourtant bien, avec une petite notoriété vers 2006. Et puis vlan, l’industrie musicale fait le plongeon et ce sont ces formations de taille modeste qui en font le plus les frais.
    Ils se redresseront pourtant, (...)